#PortraitDeStartuper – ManoMano – Philippe de Chanville & Christian Raisson @PhdeChanville @ChrisRaiss @ManoMano_Fr #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – ManoMano – Philippe de Chanville & Christian Raisson

Comment décririez-vous votre entreprise ?
ManoMano est un site internet qui permet de trouver tous les produits et services nécessaires à l’aménagement, la rénovation et la réparation des lieux de vie des Européens. Nous proposons donc à la vente des produits de bricolage et jardinage, mais proposons aussi des services de pose et d’installation, du conseil de pros, l’aide d’une communauté, etc…

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Le bricolage-jardinage est les plus gros marchés en termes de produits de consommation des ménages (30Mrds€ en France, 200Mrds€ en Europe), et pourtant il est le plus en retard sur le canal digital. En tant que client, nous avons pu expérimenter tous deux les gros manques de ce marché qui n’a pas encore effectué sa mue digitale.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous avons créé la société en 2012, lancé le site en 2013 et en 2017, nous passerons la barre des 200 salariés et 2,5M de clients, dans 6 pays en Europe (Fr, Es, It, Uk, De, Be). Nous avons pour ambition de créer la plus grande marque de bricolage réellement Européenne et 100% digitale.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Il y a probablement deux caractéristiques principales qui avec du recul se dégagent de notre tandem d’entrepreneurs : une réelle complémentarité de caractères et de points forts dans nos expériences respectives, ainsi qu’une même approche très pragmatique des décisions à prendre.

Quelle est votre formation initiale ?
Nous avons la même formation : EDHEC à Lille tous les deux, nous avons complété notre formation d’école de commerce avec quelques années à Londres en finance puis de retour à Paris dans des métiers de conseil financier et d’investissement. Christian est également passé quelques années par la case entreprenariat, ce qui lui avait déjà donné le goût de ce type d’aventure.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Faire grandir une entreprise à ce rythme soutenu est une aventure passionnante car riche en apprentissages constants. Mais nous ne renions pas pour autant notre activité favorite historique : le bricolage … mais il est de plus en plus difficile ces temps-ci de trouver le temps pour s’y mettre …

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Christian avait eu une première expérience rapide à Londres où il avait monté sa première structure en finance, puis, de retour à Paris quelques années plus tard, il avait pendant 5 ans lancé Planète Formation, une place de marché pour le yield management de la formation professionnelle. Une belle expérience qui lui a permis d’acquérir des réflexes qui lui sont bien utiles avec ManoMano. ManoMano représente pour Philippe sa première expérience entrepreneuriale. Dans les deux cas, le parcours de ManoMano a commencé grâce à une rencontre – celle des deux fondateurs – puis rapidement celle des Business Angels qui allaient rendre le lancement du projet possible. Puis le recrutement du CTO – toujours aux commandes de l’IT 5 ans plus tard – allait être décisif pour le bon lancement du site. Evidemment, cela n’empêche pas les erreurs, notamment au démarrage en 2013, avec un premier raté dans la stratégie d’acquisition. Ceci dit nous avons su rebondir et relancer le site… avec succès cette fois.

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Depuis toujours serait la bonne réponse. Cela a pu se matérialiser autrement (organisation de multiples raid-aventures, choix d’entreprises au mind-set « Start-Up », …) mais l’adéquation de nos deux caractères avec l’aventure entrepreneuriale était évidente, il fallait juste le temps de s’en rendre compte, puis de pouvoir se le permettre.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Nous avons rencontré deux types de difficultés. La première a été dans le recrutement – notamment de développeurs web – pour une Start-Up qui vise à créer dans une marque dans l’univers brico-jardin qui est assez éloigné des préoccupations des jeunes développeurs web, plutôt citadins et locataires par nature. La seconde a été de savoir rebondir après le premier gros raté qui nous laissé pendant 4 mois sans aucun trafic sur le site, suite à une mauvaise stratégie d’acquisition de trafic. Heureusement nous avions des investisseurs et un entourage encourageant.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Evidemment la pugnacité, mais avec beaucoup de pragmatisme. On pense parfois savoir ce qui va marcher mais il faut rester humble devant la réalité du marché et du souhait des clients. Et une seconde compétence clé : savoir bien s’entourer dans ses recrutements. L’aventure entrepreneuriale est un cross ou un marathon, pas un sprint et la faculté à finir la course dépend de la puissance de l’équipe. L’entrepreneur seul ne pourra jamais grossir si c’est lui qui porte tout et son métier va évoluer tous les 6 mois au fur et à mesure que grossi l’entreprise. S’il n’a personne à qui déléguer, comment peut-il se développer lui-même ?

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Nous avons eu la chance de rencontrer des Business Angels au démarrage pour les premiers 600k€, puis nous avons fait appel à des fonds d’investissement pour les 15m€ restants.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Nous dirions que le point essentiel serait la taille du marché. Plus il est gros, plus vous aurez la possibilité de grossir au-delà de la taille critique de survie (5-6 salariés) qui vous permettra d’améliorer votre produit et de prendre vraiment racine.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
N’hésitez pas ! La France est un pays exceptionnel pour les entrepreneurs avec une multitude de financements, d’aides et de réseaux de soutien – privés et publiques. Faites vos comptes avant de vous lancer, assurez-vous d’avoir 18 mois ou 2 ans de visibilité en termes de trésorerie puis lancez-vous sans regarder en arrière. Si ça ne fonctionne pas, il sera toujours temps de revenir à la vie de salarié plus tard … avec une maturité business bien développée, beaucoup de nouvelles compétences et … une volonté de repartir dès que possible !

Site internet
https://www.manomano.fr

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/philippedechanville
http://www.linkedin.com/in/christian-raisson-65898322

Twitter
https://twitter.com/PhdeChanville
https://twitter.com/ChrisRaiss

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #63 – ManoMano – Philippe de Chanville & Chistian Raisson par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #59 – CityMeo – David Keribin par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #60 – OLY Be – Gaëlle Frizon de Lamotte par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #61 – Inwibe – Fiamma Ferrero & Damien Heiss par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #62 – Elseways – Réjane Kerdaffrec par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Laisser un commentaire