#PortraitDeStartuper – DivineBox – Côme Besse #Startup #FrenchTech

#PortraitDeStartuper – DivineBox – Côme Besse

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Divine Box est une box mensuelle de produits monastiques. Nous envoyons chaque mois à nos abonnés une sélection de produits d’épicerie fine fabriqués par les abbayes et les monastères en France, autour d’un thème sympa : apéro, chocolat, vigne, fruits rouges etc… Un petit livret accompagne chaque box pour découvrir le monde fascinant des abbayes et tout comprendre sur les produits !

Plus récemment, nous avons lancé une toute nouvelle offre qui complète la première : une box 100% bières trappistes, avec 6 bières trappistes (parmi les meilleures au monde) et 3 sous-bocks chaque mois, ainsi que le « guide des bières trappistes » pour tout comprendre et tout savoir sur le monde fascinant des abbayes trappistes et de leurs bières !

Pourquoi ce choix de produit / service ?
D’abord pour nos clients : pour se régaler en famille ou entre amis tous les mois, et apprendre plein de choses passionnantes sur les abbayes. Et aussi pour les abbayes, pour soutenir leur artisanat monastique et les aider financièrement à notre humble manière à préserver leur patrimoine parfois millénaire ! Avoir du sens dans son boulot est un grand facteur d’accomplissement personnel et de résilience !

__________________________________
Sponsors du blog

Paris&Co      julie desk      hush
__________________________________

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
L’ambition est d’arriver à un stade où l’aide financière aux abbayes devienne pour elles une véritable source de revenus à part entière, sachant que l’impact est aujourd’hui encore limité. Quand elles pourront nous dire « merci, grâce à vous, nous avons pu restaurer telle ou telle statue, financer les soins médicaux de telle ou telle sœur pendant 1 an etc… », là notre objectif ! Il n’en sera pas terminé, loin de là, mais nous serons sur la bonne voie !

Concrètement, l’idée est d’arrivée à 2000 box par mois, donc 3/4 des volumes sur la box de bières trappistes (brassées par les moines trappistes), et 1/4 des volumes sur la box de produits monastiques d’épicerie fine.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Se décrire est toujours compliqué, mais mes différents stagiaires ont souvent parlé de « bienveillance » et d’ « exigence » à mon égard. Et c’est tant mieux !

Quelle est votre formation initiale ?
Prépa éco, HEC Grande Ecole, HEC Entrepreneurs

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Le lien avec le client. Comment réussir à le toucher, comment créer un vrai dialogue avec lui, comment créer une relation de proximité authentique et sympathique. Non pas simplement par intérêt économique (même si cela compte), mais aussi en tant que personne : comment presque en faire un ami ! Pour ma part avec Divine Box, cela passe par une veille permanente de Facebook et Instagram, de réponse à chaque commentaire, mais aussi par une surveillance quotidienne du chat du site (c’est toujours moi qui m’en occupe !), de la réponse aux mails clients etc… Et avec un ton toujours authentique, serein et fiable, avec de temps en temps des smileys ou des formulations « humaines » (et non robotiques), comme par exemple « mille excuses pour cette box arrivée mal en point chez vous, le facteur a dû glisser sur une peau de banane… ». Au fond, comment une marque peut rester humaine !

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Master Entrepreneurs à HEC, et … Divine Box ensuite ! Peu d’étapes donc, j’ai sauté dans le bain tout de suite après l’école (et même pendant !)

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Depuis fin 2016, alors encore sur les bancs d’HEC Entrepreneurs !

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
La force psychologique est probablement ce qu’il y a de plus exigeant dans la vie d’un entrepreneur. Chaque victoire doit être savourée sans en même temps créer une sensation de fierté mal placée qui pourrait déraper en paresse à se reposer sur ses lauriers. Et en même temps, chaque difficulté, livraisons en retard, fournisseurs en difficulté etc… doit être abordée avec sérénité, et ne surtout pas affecter le reste ! Du business d’abord, mais aussi de la vie de l’entrepreneur. Savoir faire la distinction claire entre business et vie perso est parfois compliquée, notamment quand les périodes sont parfois difficiles. C’est éprouvant au quotidien … Alors il faut avoir la force, ou au moins l’envie d’y arriver, c’est déjà un bon début !

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?  
Du coup, en réponse à ma réponse ci-dessus : une bonne dose de résilience. D’abord personnellement, être solide psychologiquement, savoir rebondir, savoir faire la part des choses, et être optimiste. Mais aussi grâce à ses proches (famille, amis, proches), qui peuvent être un soutien précieux à passer les caps plus difficiles et à gagner en hauteur sur une situation que nous exagérons parfois, ayant la tête dans le guidon. Ne pas savoir gérer ses émotions peut être dangereux quand on monte sa boîte…

Sinon, je rajouterais une aisance à la communication : avec ses employés, avec ses clients, avec les journalistes, avec les investisseurs etc… Savoir se vendre et pouvoir aborder la vie et les situations avec légèreté, tout en restant sérieux, fiable, et vrai.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Une campagne de crowdfunding au tout début pour se lancer (une bonne partie en love-money) : environ 10k€. Sinon, pas de levée de fonds ensuite, mais un financement grâce à un BFR négatif : nos clients payent tout de suite un abonnement de 6 mois. La trésorerie récupérée en avance peut financer si besoins nos investissements en technologique, communication ou équipe !

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Suis-je prêt à me lancer concrètement ? Suis-je prêt à quitter mes PowerPoint et mes Excel pour lancer véritablement un site (ou une appli ou autre !), payer de vraies factures, embaucher de vraies personnes etc… Trop de copains de promo restent au stade d’idée pendant parfois 6 mois – 1 an sans rien derrière, et sans n’avoir rien sorti ! Et cela vient je pense souvent d’une certaine peur (totalement légitime !) de se lancer vraiment.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Mieux vaut se lancer vite que se lancer bien ! Nous aurons toujours mille excuses pour retarder le lancement d’une application, d’un site, d’un concept etc… Et c’est souvent par « confort », pour ne pas s’exposer au « vrai » marché. Mais en réalité, mieux vaut se confronter vite au marché, quitte à n’avoir qu’une première version brouillon et peu fonctionnelle. A titre d’exemple, pendant les deux premiers mois de Divine Box, j’avais honte du site … Je le trouvais graphiquement pas terrible, à tel point que je préférais ne pas le montrer à mes amis … Et pourtant, j’ai pendant ce temps-là pu avoir mes premiers clients (30.000k€ de CA quand même !), expédier mes premières box, comprendre comment fonctionnent les abbayes, comprendre l’organisation de La Poste, affiner mon offre (en créant une offre « abonnement 1 mois » que beaucoup de personnes demandaient) etc… Alors que si je voulais avoir quelque chose de parfait, je ne sais même pas si aujourd’hui encore le site serait sorti … Donc lancez-vous, et … on verra bien !

Site internet
https://divinebox.fr/

Linkedin
https://www.linkedin.com/in/comebesse/

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous : logo-slideshare logo-calaméo logo-scribdlogo-youscribe logo-wobook  _____________________________________________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #2 – DivineBox – Côme Besse par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des derniers portraits

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #1 – Teeps – Fabrice Berger-Duquene & Sonia Zarowsky par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Laisser un commentaire