#PortraitDeStartuper – Beyond the Void – Eric – Maxence – Manon – Rémi Burgel @BeyondVoidGame #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – Beyond the Void – Eric – Maxence – Manon – Rémi Burgel

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Nous sommes une petite entreprise, passionnée par les challenges technologiques et les jeux vidéo. Nous travaillons ensemble sur la conception et la réalisation de projets, dont un en particulier en ce moment « Beyond the Void ».

Pourquoi ce choix de produit / service ?
C’est notre intérêt pour le produit (un jeu vidéo) qui a déterminé la création de l’équipe et du projet. Nous avons la chance de travailler dans le secteur qui nous passionne. Nous avons donc également des compétences complémentaires, pour mener jusqu’au bout le développement du jeu ainsi que son mode de financement.

Cela rend le projet non seulement viable, mais on l’espère, profitable également.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Notre ambition à court terme est de réaliser le projet selon le temps imparti et sortir un jeu de qualité. Le succès du jeu sera déterminé par sa qualité bien sûr, mais également notre politique de promotion & marketing. Avoir un grand nombre de joueurs et de collectionneurs est primordial.

Cependant, la sortie du jeu n’est que la première étape. Le contenu sera en constante évolution pour garder l’intérêt des joueurs et faire grandir notre communauté.

A terme, nous voudrions créer tout un écosystème autour du jeu vidéo et de la blockchain, qui rassemblerait plusieurs jeux autours des mêmes objets blockchain (cf. cross gaming).

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Difficile à dire, nous avons quatre profils vraiment différents. En tant qu’équipe, nous n’avons pas peur d’inventer, de tester des choses et de contacter des personnes. Même quand le projet était encore embryonnaire, nous avons demandé des conseils et nous avons pris le temps d’expliquer ce que l’on voulait faire sans attendre d’avoir quelque chose de concret à montrer.

Aujourd’hui, nous sommes encore à l’écoute de notre communauté via les forums et les réseaux sociaux. Son retour est essentiel et nous guide à travers les diverses étapes, surtout concernant la façon de gérer l’économie du projet.

Quelle est votre formation initiale ?
Encore une fois, nous avons des profils très différents, mais la formation initiale n’a pas vraiment d’importance dans ce projet : nous avons acquis les compétences qui nous permettent de le mener à bien de manière autodidacte. Ce n’est pas très surprenant, car la technologie blockchain que nous utilisons tous les jours en est encore à ses débuts. Nous devons innover chaque jour. C’est beaucoup de pression parfois, mais on peut vraiment dire que ce fonctionnement a prouvé son efficacité, notamment lors de notre ICO (Initial Coin Offering, une nouvelle façon de faire du financement participatif).

Côté jeu, nos développeurs sont également autodidactes dans la technologie utilisée (Rémi a un DUT informatique) et leurs compétences actuelles sont en grande partie dues au temps et à l’énergie consacrée en dehors des heures de travail sur les dix dernières années.

A noter quand même que notre développeur principal, Maxence Burgel, est un Concept Artist avec plusieurs années d’expériences dans le jeux vidéo.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Le jeu vidéo bien sûr, mais plus généralement les défis technologiques et le développement. Rencontrer des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt, faire surgir des idées puis, éventuellement les mettre en pratique.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Éric est un entrepreneur depuis le début de sa carrière, il y a une trentaine d’année. Il a créé une société, qu’il a ensuite revendue, et depuis travaille en free-lance pour divers projets en plus de son travail de développeur à l’hôpital de Genève. Ces expériences l’ont amené à travailler sur des sujets vraiment différents les uns des autres, et contribuent aujourd’hui à lui donner une objectivité et une direction de projet très intéressantes.

Maxence, en tant que concept artist et développeur, travaille en free-lance depuis une dizaine d’années pour des acteurs divers (commandes mais également enseignement).

Rémi et Manon, les deux membres les plus jeunes de l’équipe, se dirigent également de plus en plus vers un modèle free-lance.

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Maxence a eu l’idée originale en 2015 et a commencé à travailler sur le projet début 2016. Rémi a rapidement rejoint Maxence pour travailler sur le game design et Eric a apporté l’aspect Blockchain et financement du projet. Beyond the Void ayant bien avancé à l’été 2016, Manon a rejoint l’équipe pour développer l’aspect communication et marketing.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
La difficulté majeure que nous rencontrons est liée au développement de la technologie blockchain que nous utilisons. Nous devons sans cesse inventer des solutions qui puissent convenir au projet. Parfois, c’est le projet qui doit s’adapter à la technologie et non pas l’inverse.

Nous avons également un timing extrêmement serré compte tenu de la petitesse de notre équipe et du volume de travail.

La communauté est vraiment investie et nous contacte constamment, ce qui est une bonne chose car cela nous apporte beaucoup, mais son exigence place parfois la barre très haut.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
Evidemment, le projet lui-même doit être viable et l’équipe motivée et compétente.

Nous pensons que la clé de l’entreprenariat réside dans le contact avec d’autres personnes. Discuter, échanger, et bien savoir s’entourer. Le réseau fait parfois de vrais miracles, et change complètement la direction du projet pour aller vers une amélioration.

La deuxième chose importante est de ne pas hésiter à démarcher même quand le projet est encore très jeune. Le concept, l’idée de départ, suffit dans la plupart des cas et en parler provoque une émulsion de volontés et d’idées, donne des buts plus précis et aide grandement à aller rapidement vers quelque chose de concret.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Nous avons lancé un Initial Coin Offering (ICO). Cela consiste à mettre à la vente des jetons numériques (du même type que le Bitcoin par exemple) que nous avons créés, contre de l’argent. Cette monnaie sert donc pour la levée de fond initiale, mais sera également les jetons de notre jeu vidéo.

Elle est listée sur plusieurs sites d’échanges de crypto-monnaies (Poloniex par exemple) et donc soumise au trading et à la spéculation.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Il faut être vraiment au point sur ce qu’on veut faire et comment : financement, agenda, équipe… L’improvisation en cours de route n’est possible que si le projet de base est solide.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Réfléchir un peu, travailler beaucoup : ne pas hésiter à se lancer.

Faire un premier prototype, cela permet de montrer son idée et d’en parler autour de soi.

C’est ce qu’a fait Maxence au début. Cela permet de convaincre, puis de fédérer une équipe autour du projet.

Avoir des modèles de réussite à suivre dans un premier temps, puis s’en éloigner naturellement, lors de l’application à son propre projet.

Présenter son projet à divers auditoires et savoir écouter les idées ou critiques constructives qui en découlent.

Chercher assez tôt des contacts et créer des partenariats avec des confrères du secteur.

Site internet
https://beyond-the-void.net/

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/eric-burgel-a4313b5
http://www.linkedin.com/in/maxence-burgel-26257b33

Twitter
https://twitter.com/BeyondVoidGame

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #37 – Beyond the Void – Eric – Maxence – Manon – Rémi Burgel – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #33 – Invox – Guilhem Bertholet – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #34 – MyCrowdCompany – Céline Degreef – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #35 – Seeqle – Jean Eudes Yahouedeou – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #36 – Aircall – Olivier Pailhes & Jonathan Anguelov – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire