[#Blockchain] #Ethereum serait-il voué à l’échec ? via @themerklenews

Ethereum serait-il voué à l’échec ?

Je rebondis sur cet article de The Merkel News car je trouve que le point de vue est totalement faussé, encore quelqu’un qui porte un jugement sur Ethereum sans avoir compris les fondamentaux. Comme quoi on trouve encore beaucoup de monde qui rapporte n’importe quoi sur le sujet de la blockchain. Le point de vue de l’auteur consiste à donner 4 raisons pour lesquelles Ethereum serait voué à l’échec, or les 4 points sont tout à fait discutable, reprenons les 1 par 1.

Les ICO sont risquées

Bien sûr que les ICO sont risquées, c’est même un point que je soutiens depuis quelques mois, mais le sont-elles pour Ethereum en tant que tel ? La réponses est non, bien au contraire, les ICO sont un des cas d’usage de la blockchain Ethereum, comme le transfert d’argent en est un pour Bitcoin. Le fait que les entreprises qui lèvent des fonds sans contraintes, sans cadre juridique ou règlementaire, ce n’est pas lié à Ethereum. Pour rappel, au tout début du Crowdfunding beaucoup d’entreprises ont levé des fonds sans cadre, il aura fallu attendre quelques mois avant que le régulateur ne vienne se pencher dessus et que l’état pose un cadre juridique.

Des faiblesses et des hacks

Ici on revient sur la faille de The DAO qui date de l’année dernière or pour le coup il s’agit d’une faille dans un smart contact, donc un programme développé pour tourner sur Ethereum, le hack ne concernait donc pas Ethereum mais du code produit pour tourner sur Ethereum. En comparaison, c’est comme si on critiquait Chrome ou Firefox d’exécuter des sites contenant une faille de sécurité, le problème dans ce cas ne vient pas du navigateur mais du site internet.

L’autre exemple concerne celui d’une faille dans Partie, un des nombreux clients pour Ethereum qui permet de naviguer dans la blockchain et entre autre de pouvoir disposer d’un wallet pour gérer ses Ethers hors d’une plateforme d’exchange comme Kraken ou Bittrex. Il s’avère qu’une faille de l’outil a permis récemment à des pirates de détourner des millions de dollars d’Ethers des wallets de personnes qui utilisaient Parity.

Pas de limite au volume de tokens générés

L’auteur revient ici sur le fait qu’à la différence de Bitcoin où le volume max de tokens est fixé à 21 millions à terme ce qui positionne Bitcoin comme une crypto-monnaie inflationniste, sur Ethereum il n’existe aucune limite et donc la planche à billet fonctionne tous les jours pour créer de nouveaux billets. Sauf que la philosophie d’Ethereum et celle de Bitcoin sont justement totalement différentes quant à l’utilisation de leurs tokens. Bitcoin sert de monnaie digital pour transférer de l’argent ou acheter / vendre des produits alors que l’Ether sert à financer l’exécution des programmes, les fameux smart contracts, sur la blockchain. De fait, l’argument selon lequel tout nouvel Ether miné ferait baisser le coût des Ethers en circulation ne tient pas la route, en tout cas ce n’est pas un problème, puisque l’ambition de l’Ether n’est pas de devenir une monnaie de tous les jours mais bien de servir de monnaie spécifique au fonctionnement de la blockchain.

Une blockchain qui n’est pas immutable

Sur ce point, l’auteur revient sur la faille The DAO, à l’époque 50 millions de dollars ont été siphonnés par un pirate qui a utilisé une faille dans le smart contract de The DAO pour se les approprier. Deux solutions étaient possibles à l’époque, rester comme cela et considérer que les investisseurs qui avaient mis de l’argent dans le projet faisaient une part sèche de 50 millions de dollars, ou réaliser un correctif pour se réapproprier les Ethers volés. Cela a donné lieu à un hard fork et à la création d’Ethereum Classic, cette version est une copie qui n’a pas accepté le patch développé à ce moment-là pour se réapproprier les fonds. Il s’agissait d’une posture idéologique de certains utilisateurs de la blockchain qui estimait qu’il ne fallait justement jamais toucher à l’historique du registre. Sauf qu’aujourd’hui Ethereum Classic est juste inutile, la version du logiciel sous-jacent n’a quasiment pas évolué, la communauté de développeur est limitée voire inexistante, on peut même se demander ce qui fait que certaines personnes continues à acheter de l’Ether Classic qui n’a aucun intérêt.

En conclusion, méfiez-vous toujours des articles d’experts en herbe de la blockchain sur des sites qui malheureusement ont pignons sur rue sur le sujet. S’agissant d’une thématique encore très émergente, beaucoup de charlatans racontent quotidiennement n’importe quoi sur cette technologie, soyez toujours critiques et attentifs, et documentez-vous pour ne pas vous laisser embarquer par des pseudo-experts en la matière.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Even though we’ve highlighted some of the criticisms directed toward Ethereum before, they are not the only issues the network has to address. It is disappointing to see such a prominent ecosystem hindered by technical issues, ideological decisions which can easily backfire, and other factors which may eventually spell disaster for Ethereum. Below are some of the downsides of which Ethereum users and investors alike should be aware.

https://goo.gl/4YXXCo

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes
       
___________________________________
___________________________________
___________________________________
Rappel mon Interview sur Milkshake Valley : Sébastien Bourguignon, auteur des Portraits de Startupers
___________________________________
___________________________________
Rappel mon article pour la revue RH&M : Du management à l »ère des startups
___________________________________

Laisser un commentaire