#PortraitDeStartuper – SETL – Pierre Davoust @setl_io #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – SETL – Pierre Davoust

Comment décririez-vous votre entreprise ?
SETL est une start-up qui développe des plateformes d’échange d’actifs financiers (actions, devises, dérivés, etc.) fondées sur la technologie blockchain.

SETL est donc à la croisée des chemins entre l’entreprise Tech et l’acteur financier.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Parce que le contexte historique s’y prête parfaitement.

Depuis la crise financière de 2008 et dans le contexte de taux bas actuel, la réduction des coûts de traitement des transactions financières est devenue un véritable enjeu pour les banques ou les investisseurs. Or, le système actuel s’appuie largement sur des technologies et des processus coûteux, développés dans les années 1980 et 1990. Il y a donc une demande très forte pour des services tels que ceux fournis par SETL.

Par ailleurs, les utilisateurs de services financiers exigent de plus en plus le temps réel, ce qui suppose de mettre en place une « plomberie » de la finance capable de déplacer sans délai des volumes importants d’actifs financiers, ce que permet justement de faire notre technologie.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
L’objectif est clair : diviser les coûts des échanges financiers par 5, et en réduire les délais à 0 (aujourd’hui : 2 jours).

Forts de cet objectif, notre ambition est de devenir, dans quelques années, l’épine dorsale des marchés financiers européens.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Raisonné et réaliste : mon objectif n’est pas de « révolutionner » ou « d’ubériser » la finance, mais d’en améliorer le fonctionnement. Chez SETL, nous sommes davantage dans une logique constructive que dans une logique disruptive et ne posons pas la déroute des acteurs en place comme un objectif.

Ce qui n’empêche pas d’être très ambitieux !

Quelle est votre formation initiale ?
Ecole polytechnique, Ecole des ponts Paristech et Ecole d’économie de Paris. J’ai ensuite commencé ma carrière à la direction générale du Trésor, qui est une formidable école d’apprentissage grâce à la qualité exceptionnelle des équipes qui y travaillent et de son encadrement.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
La littérature et la musique – quant au boulot, c’est tout l’inverse d’une passion au sens strict du terme, puisqu’il s’agit, surtout dans une start-up d’une action volontaire et déterminée de tous les jours !

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Haut fonctionnaire à la direction du Trésor, rien ne me destinait à devenir entrepreneur… sinon l’envie grandissante de me frotter au secteur privé, et un concours heureux de circonstances, qui m’a permis de rejoindre SETL.

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Janvier 2017.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Au début, la solitude : habitué à travailler dans une administration où la difficulté est plus de gérer habilement un très grand flux de commandes en tous genres, me retrouver seul dans un bureau, sans mails de la journée, a été un peu déstabilisant ! Heureusement, j’ai pu m’appuyer sur les équipes londoniennes de SETL.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
La confiance (voire l’optimisme, nécessaire pour engager toute son énergie dans le développement de la start-up), la capacité d’exécution (c’est-à-dire la capacité à transformer vite et bien des idées en projets ou services générateurs de revenus) et l’humilité (savoir reconnaître que l’on ne peut rien faire seul et savoir reconnaître ses erreurs rapidement)

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
A ce stade, SETL s’est financé par augmentation de capital auprès de partenaires stratégiques (Deloitte, Computershare, etc.) et non auprès de VCs.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
La capacité de l’entreprise à s’inscrire dans la durée : à quoi bon développer un produit ou un service qui ne sera plus d’actualité dans 5 ans ?

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Entourez-vous : lancer une start-up avec des services entièrement nouveaux n’est pas contradictoire avec le fait de pouvoir s’appuyer sur des gens d’expérience, au contraire !

Site internet
https://setl.io

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/pierre-davoust-a3ab161b

Twitter
https://twitter.com/setl_io

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #73 – SETL – Pierre Davoust par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #69 – Compagnons de cordée – Laurent Joseph par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #70 – Neojobs – Hugo Avale par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #71 – Mobiliwork – Jérôme Gonon par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #72 – We Sport You – Marjory Malbert par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Laisser un commentaire