#PortraitDeStartuper – Safelight – Sami Gallas @sgallas @safelight_sas #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – Safelight – Sami Gallas

Ce portrait rentre dans une mini série réalisée en partenariat avec French Tech Culture qui veut créer la première Métropole Culturelle et numérique européenne. Un grand merci à Cécile Bulle Project Manager chez The Bridge Accelerator – French Tech Culture de m’avoir mis en relations avec les startupers que vous découvrirez dans cette galerie.

Comment décririez-vous votre entreprise ?
SAFELIGHT conçoit, réalise et commercialise des avertisseurs lumineux autonomes destinés à signaler l’apparition de dangers potentiels et/ou émergents sur diverses situations (passages piétons, aires d’arrêt d’urgences sur autoroutes, quais de gares, …).

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Qui n’a jamais frôlé la catastrophe en traversant la route ?

Qui n’a jamais failli renverser un piéton qu’il n’avait pas vu ?

En France : 11 000 piétons sont accidentés et 500 perdent la vie chaque année sur nos routes. 80% de ces accidents sont dus à un manque de visibilité.

Dans le monde : 270 000 personnes perdent la vie en traversant la route. Plus de 750 par jour !

Nous avons donc décidé de concevoir un système autonome, intelligent, auto-suffisant, et modulaire afin de faire cesser cette hécatombe.

Le dispositif SAFELIGHT est l’unique solution efficace pour répondre à ce problème majeur.

Là où les autres dispositifs avertissent de la présence d’un passage piéton, nous avertissons de la présence DU piéton, et donc d’un danger imminent. Ceci ayant pour but de capter l’attention et de maintenir un stimulus perpétuel.

Lorsque notre dispositif est enclenché, l’automobiliste sait qu’il engage une vie humaine s’il n’adapte pas sa vitesse.

Intuitif, pédagogique et ludique, notre dispositif répond aux normes en vigueur (Accessibilité 2015) et encourage les piétons à utiliser les passages piétons (Code de la route – Art.42.4.1).

Bien que le besoin principal se trouve dans les milieux urbains, cette technologie peut s’adapter au milieu industriel comme les zones portuaires, aéroportuaires, la logistique ou dans les zones industrielles. Safelight peut également sécuriser les zones d’intersection à risque comme les pistes cyclables.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
La volonté commune des 5 cofondateurs est d’œuvrer pour un monde meilleur de pragmatique.

Cette valeur qui nous est primordiale a été reconnue au niveau international. SAFELIGHT a été convié à Astana au Kazakhstan en vue de préparer à l’exposition universelle qui se déroulera du 10 juin au 10 septembre 2017. Le thème de l’évènement sera : « Énergies durables, environnement. L’avenir de la planète. ».

SAFELIGHT s’inscrit clairement dans cet optique. La vocation initiale de l’entreprise est de sauver des vies, le dispositif permet de plus de faire d’importantes économies d’énergie. La société a compris qu’avertir en permanence de la présence d’une zone dangereuse n’avait que peu de sens à la fois d’un point de vue sécuritaire et économique. Le système détecte la présence de piétons en milieu urbain et n’avertit qu’en cas de danger réel.

Nous avons pour ambition de démocratiser notre dispositif et de multiplier les implantations sur zones à risques sur un plan mondial. Nous sommes en mesure de sécuriser de manière efficiente les déplacements piétons en milieu urbain et industriel.

Dans les années à venir, le produit sera décliné sur d’autres utilisations.

Elon Musk et autres constructeurs automobiles autonomes se posent actuellement le dilemme pavlovien suivant : Est-il préférable de tuer un groupe de piétons ou les passager d’un véhicule ? Qui achèterait un tel véhicule pouvant choisir de sacrifier sa propre famille pour sauver des inconnus ? Nous n’avons pas la réponse mais pouvons rendre la question obsolète et sans fondement ! Nous sommes en capacité d’avertir les véhicules de demain d’une présence à risque non détectée par leurs soins. Ericsson, Nvidia, Qualcomm, équipementier de Volvo, Mercedes, et Audi nous ont témoigné de leur besoin de dispositif communicants implantés sur les infrastructures.

La solution de SAFELIGHT permet de sécuriser, mais aussi d’opérer un Big Data important dans le cadre de la smart city. Ainsi, grâce aux données, la startup est en mesure d’analyser le trafic des piétons et des automobilistes et terme de fréquence ou de saison. Il est facilement possible d’en tirer des conclusions pour rationaliser l’implantation des zones commerciales et optimiser les affichages publicitaires.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Aussi bien observateurs attentifs que fonceurs.

Fonceurs avec 3 ans de R&D pour développer un produit fiable, répondant aux nombreuses contraintes auxquelles nous sommes confrontés.

Nous osons oser être disruptif sur un marché qui n’y est pas habitué.

Quelle est votre formation initiale ?
L’équipe s’est construite autour de personnes issues de formations diverses et complémentaires.

GALLAS Sami : Bachelor Sup de Pub – [Directeur Artistique & Web Designer] freelance prestataire d’HAVAS MEDIA (Campagne Valeo) – LES ETHIQUETAGES / Master IFAG Manager d’un centre de profit en alternance à CISBIO [Responsable Communication]

MOURIER Maxime : DUT Génie civil en stage chez GUINTOLI [Assistant Conducteur de Travaux] / Master IFAG Manager d’un centre de profit en alternance dans le groupe EDGAR en tant que Responsable Marketing, en stage chez la mutuelle des motards [Assistant Chef de Produit] et au sein d’ERDF [Assistant Chargé d’Etudes]

RAYNAL Vincent : DUT Techniques de Commercialisation en alternance chez Volkswagen-Audi [Attaché commercial] / Master IFAG Manager d’un centre de profit en alternance à la FNAC [Responsable Adjoint Produits Techniques]

RUDNIK Guillaume : DUT Génie Electrique et Informatique Industriel en stage chez RADMIK SOLUTIONS (Malaisie) [Développeur projet] / Bachelor of Sciences in Electronics Engineering / Ecole d’Ingénieur en Electronique, spécialité systèmes embarqués en stage chez LEANEOUS [Développeur projet] et chez RES [Assistant Chef de projet Solaire]

SANCHEZ Yannick : BTS Assistant de gestion PME-PMI en alternance au sein de l’entreprise SINETYC [Assistant de gestion/administration des ventes] / Master IFAG Manager d’un centre de profit en alternance chez EDF [Assistant manager RH]

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Les nouvelles technologies et les évolutions sociétales sous toutes leurs formes.

L’approche Smart City dans son optique d’amélioration du cadre de vie est quelque chose d’extrêmement enthousiasmant.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
A titre collectif notre démarche entrepreneuriale a été initialisée au sein de l’IFAG (Institut de Formation aux Affaires et à la Gestion) et en l’obtention d’un Master en Management d’un centre de profit avec spécialisation – entreprendre. Cette école étant sous la responsabilité de la CCI, nous avons intégré dès la fin de notre cursus l’incubateur affilié à la CCI de Nîmes, le BIC INNOVUP (membre du réseau SYNERSUD).

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Dans l’âme ? Depuis l’enfance.

Concrètement à 32 ans, j’ai passé 7 ans à entreprendre avec une pause de 2 ans au milieu pour me re-immerger dans le monde des études et de l’emploi salarié.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Nous nous battons contre le temps. Rien ne va assez vite ceci engendre souvent un manque de moyens financier, le nerf de la guerre pour toute jeune entreprise innovante et disruptive.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
L’Objectif numéro un pour toute jeune pousse, hors licorne financée à outrance, est une évidence : la rentabilité. La suite se fait avec moins de stress, plus de certitudes et de confiance. La première est la seule vraie étape à franchir.

Autre facteur clé important est le time to market. Ne pas être en adéquation avec son temps, les tendances actuelles, les problématiques contemporaines, est un drame vécu par de nombreux entrepreneurs. Avoir une idée géniale sans marché derrière ne paye pas.

Nous ne possédons pas encore la clé, nous la cherchons. Nous connaîtrons le succès quand le nombre d’accidents de piétons aura chuté. Entre temps, un leitmotiv simple : opiniâtreté et persévérance.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Les concours ont pour nous été le meilleur moyen. Il y a toujours des déçus par définition, mais outre le financement, on ne peut plus important, l’impact d’une victoire sur le moral des troupes est vital. Ne pas hésiter à taper à toutes les portes, si on ne demande pas, on n’a pas. Les institutions et incubateurs sont efficaces pour remplir ce rôle en phase d’amorçage aussi bien à travers une BFT, qu’une APPI, qu’une AFC ou autre AFT.

 S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
L’étape clé n’est qu’un détail une fois franchi et une prochaine la remplace. L’Objectif numéro un pour toute jeune pousse, hors licorne financée à outrance, est une évidence : la rentabilité. La suite se fait avec moins de stress, plus de certitudes et de confiance. La première est la seule vraie étape à franchir.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Soyez supportés ! Votre entourage peut douter, va douter, mais doit vous supporter. Ça ne sera pas facile à vivre dans les temps faibles. Parole de solitaire, ne soyez pas seuls. La transition industrielle n’est pas un obstacle : il suffit de commencer par cela pour gagner bien du temps.

Oubliez l’approche prototypage, les bidouillages divers et essais peux viables. Rentrer directement dans le vif du sujet avec des industriels chevronnés est formateur et efficace. Être accompagné d’experts est vital, rencontrez des gens qui ont des années de métier, qui ont connu des success story entrepreneuriales, leurs retours, avis, mots jetés en l’air valent de l’or. L’IoT est un marché en pleine effervescence, tirer son épingle du jeu sera un réel challenge. Osez oser !

Site internet
http://www.safelight.fr

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/sami-gallas-8aa57454

Twitter
https://twitter.com/sgallas

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #66 – Safelight – Sami Gallas par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #62 – Elseways – Réjane Kerdaffrec par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #63 – ManoMano – Philippe de Chanville & Chistian Raisson par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #64 – Merci Public – Mehdi D. Rabah par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #65 – Passage Events – Lucile Degli Esposti par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Laisser un commentaire