#PortraitDeStartuper – WineFing – Livia Gonzales & Julie Dolon & Lisa Marie Heuly #Startup #Entreprenariat @GonzalvesLivia @winefing

#PortraitDeStartuper – WineFing – Livia Gonzales & Julie Dolon & Lisa Marie Heuly

Comment décririez-vous votre entreprise ?
WINEFING est un site de réservation en ligne d’hébergement dans le vignoble.

C’est à la fois une réponse à un besoin de structuration de l’offre d’hébergement oenotouristique et une envie de démocratiser l’accès aux propriétés viticoles.

Le but est de faire quelque chose de communautaire, d’actuel, simple d’utilisation et beau. Nous voulons que les gens aient envie de naviguer dans notre univers mais aussi que les viticulteurs aient envie d’y être représentés.

Winefing est bien dédié à l’hébergement oenotouristique mais il ne s’agit pas d’un simple annuaire. L’esprit du site n’est pas de pouvoir scanner toutes les offres possibles et de les mettre en concurrence. En effet, celles-ci figurent bien les unes à côté des autres mais nous considérons que chacune doit être prise pour elle-même et doit pouvoir mettre en avant les caractéristiques qui lui sont propres.

Nous sommes en contact direct avec les premiers domaines inscrits et prenons le temps de les rencontrer, de discuter avec eux de leur activité, de leur vin, de l’état actuel de leur offre ooenotouristique et de leurs envies, leurs projets, ce qu’ils attendent de Winefing.

Ce rapport nous semble très important car nous souhaitons valoriser des offres de qualité proposées par des personnes dont nous partageons l’état d’esprit. Evidemment, un tel suivi sera difficile à tenir à terme mais nous voulons pouvoir faire entièrement confiance à nos ambassadeurs.

Notre crédo : ouvrir grand la porte à l’oenotourisme et surtout proposer une expérience de qualité aux visiteurs, comme aux viticulteurs.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Toutes trois passionnées par le milieu du vin, nous avons constaté que l’offre oenotouristique française n’était pas bien structurée, qu’elle manquait de visibilité et de lisibilité.

L’Etat a commencé à s’intéresser de près à ce secteur à partir dans les années 2010-2011. Plusieurs opérateurs privés ont vu le jour entre temps et tentent, tant bien que mal, d’organiser le marché et de centraliser les offres des vignerons pour les proposer aux touristes, français comme étrangers.

L’oenotourisme est donc en pleine expansion et on comprend aisément pourquoi. Les gens en ont assez d’aller s’entasser sur la côte et d’être noyés au milieu des autres vacanciers. A l’inverse, les régions viticoles semblent aptes à offrir des expériences authentiques, où il est possible de rencontrer le vigneron, de déguster ses vins, de participer à des activités de plain air en famille, de découvrir la culture de la région et de se faire conseiller un restaurant, un lieu à visiter ; bref, d’avoir un vrai échange.

Or, l’hébergement à proprement parler dans le vignoble n’avait pas de site web dédié. C’est maintenant le cas.

Le choix de nous centrer sur l’hébergement n’est pas anodin. Nous voulons pousser cette logique jusqu’au bout et faire rester les visiteurs dans la région de production plus d’une demi-journée. Cela permet d’intensifier l’expérience oenotouristique et de développer les territoires en zone rurale ainsi que l’économie locale.

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous voyons cette année 2016 comme une phase de test. Nous voulons bien faire les choses et ne pas nous tromper. Aussi nous employons tous nos moyens à accompagner au mieux nos viticulteurs et resterons attentives aux retours d’expériences pour pouvoir coller au maximum aux attentes des uns et des autres.

Pour la suite, nous comptons nous développer dans la totalité des grandes régions viticoles françaises et européennes, en débutant par l’Espagne et l’Italie.

Enfin, à terme, nous souhaiterions pouvoir proposer des hébergements dans les vignobles des pays « du nouveau monde » tels que la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Afrique du Sud, les Etats-Unis ou encore les pays d’Amérique du Sud.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Nous sommes trois jeunes entrepreneuses qui débutons dans ce milieu. Winefing est notre premier projet. Nous nous formons nous-mêmes à l’esprit de l’entrepreneuriat, rencontrons beaucoup de jeunes startups et avons été sensibilisées au « lean startup », auquel nous adhérons entièrement.

Nous sommes motivées par le fait de défendre et mener à bien une conception que nous avons de l’oenotourisme via la création d’une entreprise qui nous ressemble, qui est à notre image. Nous sommes entrées dans le monde de l’entrepreunariat sans a priori, très motivées par l’accomplissement de notre projet.

Quelle est votre formation initiale ?
Nous sommes toutes trois juristes diplômées de l’Université de Bordeaux. Julie est spécialisée en droit du travail et suit actuellement un Master 2 en création entrepreneuriale. Lisa et Livia sont quant à elles spécialisées en droit de la vigne et du vin.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Le partage, les rencontres, les différents savoirs-faire, l’œnologie. Nous pensons qu’il est tout aussi intéressant de déguster un vin que d’en connaître le processus d’élaboration, ainsi que les personnes qui les façonnent. Nous nous intéressons énormément aux nouveaux modes de consommation, mais aussi aux nouvelles façons de voyager, et de combiner différents centres d’intérêt à travers le voyage.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Nous sommes entrepreneuses depuis le mois d’octobre 2015. Notre société va voir le jour en Février 2016.

Nous avons fait le choix de l’entrepreneuriat à la fin de nos études de droit, soit en octobre dernier. Nous avons eu l’idée de ce projet et nous sommes dit que c’était le moment où jamais ! Nous avions toutes envie de nous lancer dans cette aventure, de créer quelque chose et de travailler à un projet dans lequel nous croyons.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Le plus difficile pour nous a certainement été de changer de mode de pensée, de se lancer, accepter que les choses ne soient pas parfaitement structurées, ne pas avoir d’emploi du temps quadrillé, prendre des risques. Passer d’un enseignement universitaire à une dynamique entrepreneuriale n’a pas été aisé.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreneuriat ?
Beaucoup de motivation, de ressort, d’optimisme, une grande force de travail. Il faut savoir aller au delà de ses appréhensions. Identifier et exploiter ses qualités personnelles. Il faut accepter de confronter son idée, son projet, le mettre à l’épreuve pour l’améliorer. Il ne faut pas voir peur de se remettre en question.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Nous avons lancé une campagne de crowfunding qui nous permet de couvrir nos premiers frais.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Ce qui nous semble décisif est de bien communiquer dès le départ son idée, être clair, utiliser des termes clés qui seront réutilisés. Il faut que le public puisse adhérer immédiatement à une idée, un concept.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
De ne jamais baisser les bras, aller au delà de « la bonne idée » et la mettre en pratique. Il faut accepter les critiques, les analyser et en extraire une dynamique positive.

Site internet :
http://www.winefing.com
https://winefing.wordpress.com/

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/in/livia-gonzalves-01888493/en
https://fr.linkedin.com/in/julie-dolon-620387a8/en
https://fr.linkedin.com/in/lisa-marie-heuty-096a2787/en

Twitter :
https://twitter.com/GonzalvesLivia

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #41 – WineFing – Livia Gonzalves & Julie Dolon & Lisa Marie Heuty  – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :
_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #40 – Sharepay – David Finel – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #39 – Comparelend – Adrien Lhabouz – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #38 – WorkUp – Anissa Bennai & Charlotte Cady – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

___________________________________

Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

Laisser un commentaire