#PortraitDeStartuper – DigitaleBox – Vincent Moncenis #Startup #Entreprenariat @vmoncenis @digitalebox

#PortraitDeStartuper – DigitaleBox – Vincent Moncenis

Comment décririez-vous votre entreprise ?
DigitaleBox est une startup innovante, éditeur du logiciel de gestion des réseaux sociaux & d’organisation de communautés.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Paradoxalement au moment ou tout le monde parle de données, que la plupart des entreprises sont actives sur les réseaux sociaux et réalisent leur transformation digitale il n’existait aucun outil permettant aux clients de rassembler et utiliser simplement les données. Nous avons voulu créer cet outil simple et accessible à tous pour la gestion des données et l’organisation des communautés en ligne.

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Notre ambition est de devenir le leader français de notre marché et de nous étendre sur le marché européen, trop d’outils ont été construits sur le format nord-américain, le marché européen a besoin d’alternative pour le traitement de ses données.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Je pense avoir les traits de caractère que beaucoup d’entrepreneurs décrivent souvent, la détermination, l’envie de sauter les barrières ou de les contourner, l’enthousiasme nécessaire pour comprendre et accepter les nouvelles idées et réalités, une certaine curiosité intellectuelle nécessaire dans notre milieu ou il faut constamment apprendre. J’ai eu la chance de vivre et travailler dans 3 pays différents, Etats Unis, Canada et France. C’est un vrai avantage qui m’a permit de me forger une vision globale des produits et des différents marchés, cela m’aide au quotidien et m’évite bien des erreurs d’analyse.

Quelle est votre formation initiale ?
Je suis diplômé de L’ESG Paris et CLU Thousand Oaks, Californie en marketing et commerce international.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Il n’y a rien de plus beau ou plus excitant qu’une idée nouvelle, un nouveau produit ou service qui peut tout changer, ce qui me passionne le plus dans ce métier c’est la possibilité de trouver.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
J’ai toujours travaillé dans des startups, dans 3 pays différents aux Etats Unis, au Canada et en France, travailler en direct avec les fondateurs a été très formateur, c’est la meilleure école possible. Cela m’a aidé à fonder ma première startup à 26 ans, Fash-art un réseau social de la mode au Canada, puis DigitaleBox en 2013.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
La principale difficulté est l’accès aux financements, je pense que tout entrepreneur et fondateur de startup en France fera le même constat, il est très difficile d’accéder aux mêmes fonds que lèvent nos concurrents à l’étranger. Pour exemple notre concurrent direct américain a déjà levée 15 millions de $ en 3 fois, il y a un écart énorme entre ce que l’on peut lever en France et aux Etats Unis ou même en Angleterre.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
La personnalité. Il faut être déterminé, persévérer, ne rien lâcher. Une bonne analyse de votre marché, l’environnement dans lequel vous allez transformer votre idée en produit. Créer sa propre chance, provoquer des rencontres.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Bootstrapping, nous nous sommes auto financés jusqu’à la rentabilité. Nous avons également été financés par la BPI.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
La version Béta du produit, c’est la pierre fondatrice du projet. Il faut pouvoir arriver très rapidement au MVP (Minimum Viable Product) en un minimum de temps avec un minimum d’argent tout en apportant la première valeur ajoutée aux clients.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Ouvrez votre capital tout de suite à un co-fondateur qui vous complètera, ouvrez le également à des advisors pour 0,5 ou 1% en vesting (parts distribuées au fil du temps selon résultat). Ouvrez également votre capital à vos salariés, un salarié actionnaire de startup vaut 4 salariés de grands groupes, faites en des associés et vous aurez un commando de choc. Si un candidat refuse le principe d’actionnaire-salarié peut être qu’il se trompe de projet et vous de candidat. Il vaut mieux pour vous posséder une plus petite part d’une startup qui vaut beaucoup plutôt qu’une grande part d’une startup qui ne vaut rien.

Site internet :
http://digitalebox.fr/

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/in/vincentmoncenis

Twitter :
https://twitter.com/vmoncenis

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #7 – DigitaleBox – Vincent Moncenis – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :
_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #6 – Lunii – Maëlle Chassard – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #5 – Souscritoo – Philippe de La Chevasnerie – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #4 – France Barter – Samuel Cohen – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________