#PortraitDeStartuper – PayCar – Vincent Marty-Lavauzelle #Startup #Entreprenariat @getPaycar

#PortraitDeStartuper – PayCar – Vincent Marty-Lavauzelle

Comment décririez-vous votre entreprise ?
PayCar est une solution de paiement simple et sécurisée dédiée aux transactions de véhicules d’occasion.

Derrière PayCar se cache avant tout des consommateurs qui ont eu à acheter et vendre des voitures d’occasion comme vous êtes en train de le faire. Habitués à gérer des flux financiers importants, les fondateurs ont décidé de créer PayCar pour proposer une solution simple et sécurisée comme ils auraient aimé la trouver lorsqu’ils ont eu à acheter et vendre leur voiture.

Afin de vous offrir une transaction sécurisée, PayCar s’est appuyé sur 3 partenariats majeurs avec des acteurs de 1er plan du paiement en ligne. Ces acteurs se sont engagés aux côtés de PayCar pour vous fournir une offre de qualité et sécurisée.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Nous avons lancé PayCar suite à notre propre expérience. Le moyen le plus utilisé avant PayCar pour les transactions de véhicules d’occasion était le chèque de banque. Avec la multiplication des arnaques et des faux, il est aujourd’hui indispensable de vérifier de l’authenticité d’un chèque de banque donc il faut appeler la banque pour le vérifier et donc réaliser la transaction pendant les horaires d’ouverture des banques. Il faut alors faire une croix sur une transaction en semaine après 18h ou le week-end soit durant la vie courante des gens.

Pour une transaction qui représente la 2ème plus grande dépense d’un ménage, il m’a paru incroyable qu’on en soit encore au moyen âge à devoir aller chercher ou recevoir un bout de papier pas totalement sécurisé et juste pas vraiment adapté pour ce type de transaction d’où PayCar. C’est long, pénible et surtout pas sécurisant.

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Devenir le moyen de paiement numéro 1 pour les transactions de véhicules d’occasion d’abord en France puis en Europe puis dans le monde.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Passionné, obsédé et humain avant tout. Un entrepreneur qui réussit est un homme ou une femme qui sait avant tout écouter et s’entourer. Il a une vision, un objectif mais sait écouter les gens qui l’entourent ou qu’il rencontre. Un entrepreneur doit être quelqu’un d’humain qui saura emmener et faire grandir ses équipes avec lui.

Quelle est votre formation initiale ?
Ecole de commerce + Dess de finance (actuel Master 2).

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Les nouvelles technologies.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
On peut quelque part dire que je suis entrepreneur depuis un peu plus de 10 ans.
Au tout début de ma carrière en 2003, j’ai quitté la sécurité d’un grand groupe pour une aventure risquée qui débutait mais dont je n’étais pas le 1er initiateur.
Mais cette aventure est passée d’une société de 10 personnes à mon arrivée à une société de près de 200 personnes avec des bureaux  à Paris, Londres, New York et Hong Kong entre autres.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
Savoir être agile. Savoir tout faire car il n’y a pas les ressources pour avoir une personne à chaque domaine de compétence. 

Apprendre seul sans avoir le droit à l’erreur car cette aventure était aussi liée au monde de la finance où les marges d’erreur sont faibles.
D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Aimer ce qu’on fait et faire preuve de résilience. L’entreprise est tellement dure. Elle demande tellement de résilience qu’il faut avoir une foi infinie dans son projet. Avoir foi en son projet ne veut pas non plus dire avoir des oeillères sur les yeux.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Fonds propres. J’ai eu la chance que ma précédente expérience nous le permette. Il ne faut pas être obsédé par la levée mais ne pas non plus être fermé à l’idée d’ouvrir son capital. Une levée doit permettre d’accélérer la croissance de son entreprise.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Connaître ses clients. Discuter encore et toujours avec eux, ne jamais les perdre de vue.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Bien réfléchir, c’est une expérience longue et difficile à l’issu incertaine. C’est un long shot. Et surtout ne pas créer sa société en espérant la revendre. On crée sa société car on pense avoir identifié un besoin et apporter une solution.

Compte Twitter :
https://twitter.com/getPaycar

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/in/vincentlavauzelle

Blog ou sites :
http://www.paycar.fr

_______________________________________________

Portrait de startuper #55 – PayCar – Vincent Marty-Lavauzelle – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :
_______________________________________________

Portrait de startuper #54 – COBOL-IT – Philippe Fraysse – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #53 – Finsquare – Polexandre Joly – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #52 – Esthetissime – Damien Greusard – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire