#PortraitDeStartuper – Mantiq – Thomas Gerbaud #Startup #Entreprenariat @tgerbaud @_Mantiq_

#PortraitDeStartuper – Mantiq – Thomas Gerbaud

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Le but de Mantiq est d’augmenter la productivité des PME à l’aide d’outils numériques dédiés, afin d’extraire la quintessence de leurs données.

Nous mettons donc à leur disposition des solutions efficaces et innovantes : analyses statistiques, extraction de critères décisionnels, automatisation de taches, manipulation de grands jeux de données, jusqu’aux problématiques BigData …

Nos solutions sont réalisées pour chaque besoin et pour chaque client : de cette manière, nous sommes assurés de sélectionner la meilleure méthode pour construire notre solution. Cette adaption est rendue possible par nos compétences reconnues et validées en mathématiques, algorithmie, modélisation et développement informatique ; le logiciel libre nous permet de trouver les outils spécialisés très rapidement : à nous d’assembler les briques !

Formellement parlant, Mantiq est donc une entreprise de services du numérique (ESN) spécialisée dans la conception de solutions d’analyse de données, avec un fort penchant pour la data, voire le BigData.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Chaque associé a entre six et dix années d’expérience en recherche scientifique : mener des analyses de données complexes, c’est notre quotidien. Peu de personnes ont ce profil, et encore moins décident de s’adresser aux entreprises ; celles-ci ont beaucoup à tirer de leurs données, qui sont une source d’information primordiale (sinon la seule) pour decrire objectivement leur situation et, partant, orienter les prises de décision stratégiques – et les autres !

Nous nous différencions, ainsi, des multiples entreprises proposant des tableaux de bord ou proposant des solutions en Business Intelligence / analytics. Ce n’est pas à l’entreprise de se plier aux contraintes des outils, mais aux outils de s’adapter aux données : c’est la moindre des choses !

Quand vous achetez un costume, il doit être adapté : vous n’allez pas perdre 10 kg ou gagner 15 cm pour qu’il vous aille. S’il ne vous sied pas, vous en prendrez un autre, c’est simple. Nous confectionnons des costumes sur-mesure pour les données des entreprises !

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous n’avons pas de plan pour la suite.

Notre première priorité, c’est de trouver nos clients et de les convaincre que notre approche artisanale de la data leur est profitable. Et, évidemment, nous permettre d’en vivre décemment, selon nos choix personnels.

Chaque chose en son temps … nous ne faisons pas de plans sur la comète, c’est contre-productif et nous détourne de notre but.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Comme dans la vie – peut-il en être autrement ?

Volontaire et décomplexé, j’espère.

Et avec énergie et envie de découvrir ce monde que nous ne connaissons, finalement, que trop imparfaitement.

Quelle est votre formation initiale ?
Les deux gérants de Mantiq sont des data scientists, issus de la recherche scientifique.

Des vrais, formés sur les problématiques extrêmement exigeantes de la physique expérimentale et des mathématiques pures, et qui manient la complexité algorithmique, la programmation informatique et les analyses poussées. Autant vous dire que si un client veut nous faire plaisir, il lui suffit de nous présenter un problème que nous ne savons pas résoudre. Techniquement parlant, plus c’est compliqué, plus on aime.

Antoine Gerbaud, 33 ans, qui est accessoirement mon frère, est issu de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (’06) et a effectué une thèse de doctorat à Grenoble, en mathématiques. Sur les graphes probabilistes, un sujet passionnant. Il est ensuite passé dans la R&D publique (CNRS) puis privée.

J’ai 34 ans et je suis ingénieur de l’Ecole Centrale de Lyon (’05) et titulaire d’une thèse de doctorat en physique, co-encadrée par la fac de Nancy et le Commissariat à l’Energie Atomique. J’ai longtemps travaillé sur les problématiques physiques de la fusion nucléaire par confinement magnétique, projet tout aussi passionnant, dont la prochaine étape majeure est ITER, tokamak de grande taille en cours de construction en Provence (Cadarache).

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Apprendre de nouvelles choses.
Se lancer des défis.
Sortir des sentiers battus.
Décloisonner.

Ça peut sembler commun, mais c’est ce qui me fait avancer.

Sinon, très personnellement, je suis un fan de heavy-metal, de pates italiennes fraiches, de Douglas Adams et de Nietzsche.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Nous avons commencé cette année à partir d’une page blanche.

Nous en sommes encore à nos premiers pas … nous n’en sommes pas encore à faire des sauts périlleux, ni à faire croire que nous en sommes capables.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
Nous n’avons pas de plan pour la suite.

Notre première priorité, c’est de trouver nos clients et de les convaincre que notre approche artisanale de la data leur est profitable. Et, évidemment, nous permettre d’en vivre décemment, selon nos choix personnels.

Chaque chose en son temps … nous ne faisons pas de plans sur la comète, c’est contre-productif et nous détourne de notre but.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Du haut de mes 5 mois de recul sur la question, je peux livrer au public – attentif – ces quelques vérités, et ce sans tressaillir un seul instant.
– de l’envie, en premier lieu.
– sortir du cocon, dans mon cas.
– et … accepter de ne pas avoir le choix, et se lancer.

Ce qui est valable pour un nombre considérable de choses, finalement.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Auto-financement, pour l’instant.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Rester connecté au monde réel.
Dit autrement : apprendre la théorie, pourquoi pas ? mais savoir s’en défaire.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Ce que me dit souvent ma compagne, qui connait les ficelles de l’entreprenariat : se débarrasser des croyances limitantes. Ca fait un peu sectaire, dit comme ca, mais c’est une réalité.

Compte Twitter :
https://twitter.com/tgerbaud

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/in/tgerbaud

Blog ou sites :
http://mantiq.fr

_______________________________________________

Portrait de startuper #37 – Mantiq – Thomas Gerbaud par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :

_______________________________________________

Portrait de startuper #36 – AlloMarcel – Solenne Xavier par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #35 – Yoobo – Solenne Xavier par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #34 – Lucky Cart – Cyril Marchal par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire