#PortraitDeStartuper – Shortways – Toan Nguyen #Startup #Entreprenariat @viettoannguyen @Shortways

#PortraitDeStartuper – Shortways – Toan Nguyen

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Shortways est éditeur de logiciels B2B. Nos clients sont des grands comptes : Total, Sodexo, Lafarge, Altedia Lee Hecht Harrison.

Notre solution est un assistant virtuel pour la formation et le support des utilisateurs de logiciels d’entreprise (ERP, CRM, SIRH, EPM d’éditeurs comme SAP, Oracle, Salesforce, etc.).

Le constat est qu’un utilisateur ne réagit qu’en situation, devant son écran. Notre assistant virtuel lui fournit fenêtres contextuelles d’information et d’assistance quand il a en besoin, au bon moment, directement dans son application.

Nos clients gagnent ainsi de 15% à 20% sur leurs coûts de support, optimisent leur dispositif de formation, et améliorent la qualité de leurs données. Car ne l’oublions pas à l’heure du Big Data, 76% des problèmes de qualité de données proviennent des utilisateurs et de leur méconnaissance de la signification des données.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
L’idée provient de mon vécu de chef de projet CRM, ERP, …. J’ai travaillé pour plusieurs grands groupes, en tant qu’employé. J’ai pu constater qu’une fois les systèmes d’information déployés et les formations achevées, les utilisateurs (aujourd’hui n’importe quel collaborateur de l’entreprise) étaient complétement livrés à eux-mêmes. Résultat : des systèmes peu adoptés, des erreurs de manipulation entraînant des pertes opérationnelles et de productivité considérables.

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Notre premier objectif est d’être une solution reconnue sur le marché de l’Europe de l’Ouest, en particulier la partie nordique/anglo-saxonne. Après, nous verrons :).

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Comme quelqu’un étant en apprentissage constant, mais qui doit aussi avancer. Apprendre c’est bien, faire c’est indispensable. Fatalement il y a des erreurs. Mais aussi des réussites ! Ce sont elles qui font avancer. Le job d’entrepreneur, c’est de faire en sorte que les réussites soient plus fréquentes que les erreurs :).

Quelle est votre formation initiale ?
Je suis ingénieur généraliste (Ecole Centrale Paris).

Qu’est-ce qui vous passionne ?
La vitesse d’expansion de la technologie. Je ne sais pas si tout le monde est bien conscient du bouleversement technologique en cours et que chacun va devoir (doit) fortement s’y adapter. « Software eats the world » est le nouvel adage. La technologie est en train de faire sauter les barrières du vieux monde (les Etats et les lois notamment). Elle va s’attaquer de plus en plus à celle de l’éthique, notamment dans le domaine de la robotisation et des sciences de la vie (d’ailleurs ces 2 domaines sont finalement proches !). On ne conduira bientôt plus sa voiture. Certaines maladies vont purement et simplement disparaître.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
J’ai démarré comme consultant indépendant il y a 5 ans, une première étape d’entrepreneur où on ne peut compter que sur soi-même !

Puis j’ai été lauréat d’un accélérateur de start-ups, Idenergie (Laval Mayenne Technopole). Ce programme d’accélération m’a vraiment mis le pied à l’étrier. J’y suis entré avec une idée, j’en suis ressorti 10 mois plus tard avec un Business Plan et un prospect (Sodexo) sur le point de signer !

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
Il y a des difficultés tous les jours ! Je ne les vois pas comme cela, mais comme un certain nombre d’étapes à franchir et de challenges à relever. Car si on ne voit que les difficultés, ce n’est pas la peine d’y aller…

Après coup et avec un peu de recul, le plus gros challenge a sans doute été au démarrage de concilier création de la société, poursuite du consulting pour assurer un revenu, et la naissance de mon 3ème enfant. Le planning était un peu tendu :).

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Penser client, dès le départ. Et ne pas se tromper sur la notion de client. Le client, c’est celui qui valide la facture et déclenche le paiement, qui résulte en une augmentation de trésorerie pour votre société. Le client n’est pas l’utilisateur.

La trésorerie. Elle doit être une obsession. Qui conduirait une voiture sans essence ?

Ensuite il faut être persévérant et endurant. « Never give up » disent les anglo-saxons. Je prends souvent l’image d’une course démarrée comme un 1500 mètres, mais dont on ne connait pas vraiment la longueur totale… Il faut sprinter, mais en garder un peu pour la suite.

Enfin, il faut inculquer cet esprit et engagement à l’ensemble de l’équipe.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Nous avons fait 2 augmentations de capital (fonds régionaux et business angels), et complété par des avances remboursables ou prêts de BPI France. BPI France est un formidable outil et atout pour les start-up innovantes françaises !

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Le temps de démarrage est beaucoup (beaucoup) plus long que ce que l’on pense. Dans cette période, il faut veiller à avoir un revenu personnel. Car sans ressources personnelles, plus d’aventure start-up. Certains se lancent en comptant sur la période de chômage pour réfléchir à leur start-up. C’est un mauvais calcul car la période de réflexion c’est environ 1 an et au bout d’un an, une bonne partie des cartouches sont grillées. Il faut commencer à réfléchir et monter son projet de start-up pendant qu’on a encore un job. Activer ensuite le chômage quand on est prêt à réaliser les premières actions.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Allez tester votre idée auprès de vos futurs clients ! Et ne pas hésiter à leur demander combien ils paieraient pour votre solution. Le client n’est pas toujours celui auquel on pense…

Compte Twitter :
https://twitter.com/viettoannguyen

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/in/viettoannguyen

Blog ou sites :
http://www.shortways.com/blog
http://www.shortways.com/

_______________________________________________

Portrait de startuper #25 – Shortways – Toan Nguyen par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :
_______________________________________________

Portrait de startuper #24 – Neo-Robotix – Jean-Luc Cossi – Benoît Courty par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #23 – Adways – Jacques Cazin par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #22 – MyJobCompany – Grégory Herbé par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire