#PortraitDeStartuper – Omenabler – Sébastien Cochard #Startup #Entreprenariat @scoc26

#PortraitDeStartuper – Omenabler – Sébastien Cochard

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Nous sommes un jeune start-up composée de passionnés du web et des technologies dérivées du monde de l’intelligence artificielle comme le machine learning.

Omenabler est une solution pensée et conçue pour les professionnels du marketing. Notre plateforme permet de construire rapidement des sites webs ou mobiles sans aucune connaissance technique.

Mais Omenabler est surtout une plateforme intelligente, dans la mesure ou elle permet d’afficher dynamiquement un contenu en fonction du profil de chaque utilisateur, de l’endroit où il se trouve ou encore du type de machine qu’il utilise (Smartphone, PC, Tablette).

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Le nombre de données sur le web est en pleine explosion. Les données personnelles stockées sur le web ont été multipliées par 2 en 2 ans et seront multipliées par 50 en 2020. Le Marketing doit s’adapter à cette nouvelle donne et se doter d’outils qui leur permettent non seulement d’analyser leurs données en temps réel, mais d’adapter également le contenu à l’utilisateur en temps réel.

Le web de demain sera prédictif, au lieu de rechercher une information ou une produit, l’information ou le produit vous seront proposés de façon pertinente et contextuel.

Comme dans la vie réelle, un client est sensible au fait qu’on le reconnaisse lorsqu’il rentre dans un magasin, il est également sensible au fait qu’on lui propose des produits ou des services qui lui correspondent. C’est ce comportement que nous essayons de reproduire afin que les entreprises puissent demain faire de leurs clients des inconditionnels de leur marque, aussi sur le web.

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous avons acquis nos premiers clients aux Etats-Unis en fin d’année dernière, dans le secteur de l’automobile et de la grande distribution. Nous voulions tester notre plateforme en grandeur nature avant d’effectuer son lancement de façon plus large.

Nous lançons simultanément les opérations en France et en Amérique du Nord au courant du mois de Juillet. Notre objectif est de convaincre une dizaine de grands comptes d’ici la fin de l’année, principalement des grandes marques et des distributeurs.

En 2016 nous comptons multiplier ce nombre par 10.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Je cherche en permanence de jeunes talents, en connexion avec le monde d’aujourd’hui. Le rôle d’un entrepreneur consiste à les faire travailler ensemble, dans la même direction et surtout de ne jamais être dogmatique. Il faut accepter qu’un de vos collaborateurs puisse avoir une meilleure idée que la vôtre. Il faut favoriser la créativité de vos collaborateurs et la canaliser pour vous donner toutes les chances d’atteindre vos objectifs.

Quelle est votre formation initiale ?
Je suis issu d’une école de commerce.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Ce que permet aujourd’hui de faire la technologie et comment nous pouvons faire en sorte que la technologie soit d’avantage calquée sur le comportement humain.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
J’ai commencé ma carrière chez Sybase, un éditeur de base de données. J’ai ensuite démarré les activités de Temposoft, une solution de planification optimisée. Nous avons démarré à 5 personnes, en partant d’une feuille blanche, 4 ans après la société comptait plus de 150 personnes. La technologie a été revendue ensuite à Oracle. J’ai ensuite contribué au démarrage de plusieurs sociétés dans le monde de la technologie et de la distribution.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
Conserver son indépendance. Même si notre métier implique d’avoir du cash pour se développer rapidement, il faut absolument garder son indépendance et intégrer des investisseurs qui savent ce que c’est qu’entreprendre.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Il faut être pugnace, la plupart des gens vous diront que vous êtes fou, de nombreux imprévus rendrons la tâche plus difficile que ce que vous avez imaginé. Mais au final, vous en sortirez plus fort et plus expérimenté. Entreprendre, c’est un peu comme avoir des enfants, avant vous pensez qu’il y aura des bons et des mauvais moments, après vous vous apercevez que les mauvais moments sont pires que ce que vous avez imaginé, et les bons moments bien meilleurs.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Autofinancement et business angels.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Si vous vous lancez dans l’aventure à plusieurs, vérifiez bien que vous partagez la même vision à court, moyen et long terme avec vos associés. Privilégiez également des personnes avec lesquelles vous avez déjà travaillé et que vous connaissez bien.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Si vous avez vraiment envie de le faire, alors n’hésitez pas une seconde. Il faut également bien se connaitre et s’entourer de gens qui viendront compléter vos lacunes ou votre inexpérience sur certains sujets.

Compte Twitter :
https://twitter.com/scoc26

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/pub/sebastien-cochard/1/948/108

Blog ou sites :
http://www.omenabler.com

_______________________________________________

Portrait de startuper #9 – Omenabler – Sébastien Cochard par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :
_______________________________________________

Portrait de startuper #8 – Evercontact – Philippe Laval par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #7 – TipStuff – Julie Nguyen – Yoran Brault  par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #6 – Scientibox – Sharon Sofer – Sophie Gaume par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________