#PortraitDeStartuper – Evercontact – Philippe Laval #Startup #Entreprenariat @PhilippeLaval @Evercontact

#PortraitDeStartuper – Evercontact – Philippe Laval

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Evercontact est le service cloud qui extrait les contacts cachés dans les emails, les partage et les met à jour automatiquement. Comptant déjà plus de 100.000 utilisateurs, Evercontact est le seul service Cloud entièrement automatisé qui identifie et extrait, de façon fiable et sans effort, les coordonnées présentes dans les emails. Concrètement, le service fonctionne pour Gmail, Google for Work, Outlook et Office 365, analyse  les informations présentes dans les signatures d’emails et les compare avec la base de contacts de l’utilisateur ou de l’entreprise. Evercontact met ensuite à jour le carnet d’adresses de l’utilisateur et/ ou le CRM (Salesforce, MS Dynamics) de l’entreprise.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Comme beaucoup d’entre nous, j’imagine, l’email est un outil central de mon activité quotidienne : j’en dépends pour nombre de choses et j’étais particulièrement frustré par le manque d’aide que l’outil m’apportait. En clair je trouvais incroyable d’avoir à rechercher dans des centaines d’emails pour remettre la main sur un numéro de téléphone, une adresse physique ou encore une simple adresse mail quand j’en avais besoin !

J’ai donc commencé à réfléchir à des moyens de me simplifier la vie et en en discutant autour de moi, j’ai rapidement découvert que je n’étais pas le seul utilisateur à chercher ces optimisations. L’idée d’Evercontact était née !

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous venons de lever 1 million de dollars auprès du fonds global AXA Strategic Ventures, ce  qui va notamment nous permettre de nous implanter aux Etats-Unis.

De plus Evercontact a intégré le programme ubo i/o (piloté par Business France et la BPI) pour 10 semaines (de fin avril à début juillet) à San Francisco. Nos objectifs sont multiples : y installer un bureau Evercontact, rencontrer le plus possible de partenaires (OEM) potentiels, nouer des relations commerciales et/ou de partenariat avec les grands acteurs locaux, rencontrer la presse locale et enfin recruter des talents marketing pour nous développer de façon encore plus importante en Amérique du Nord.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Comme beaucoup d’entrepreneurs, je suis une véritable pile électrique.

Quelle est votre formation initiale ?
Je suis  ingénieur TélécomParisTech de formation et docteur en informatique linguistique (Paris Diderot).

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Le langage m’a toujours passionné ; mes facilités en maths m’ont permis d’aborder ma passion sous un angle aussi passionnant que peu connu : la linguistique informatique, que j’ai découverte, ébahi, lors d’un cours d’initiation à Telecom Paris, en 1986. Je me suis alors lancé dans l’étude de cette discipline et, un doctorat plus tard (92), j’ai créé ma première entreprise,  Sinequa,  avec Pascal Pellegrini (Promo 88 aussi), en 2001, qui devint en quelques temps le leader français des moteurs de recherche sémantique pour entreprise.

Je compris alors que les technologies linguistiques pouvaient tout simplement changer le monde ; si Google l’avait déjà manifestement pressenti, ce secteur présentait malgré tout des ressources et applications aussi innombrables que non encore exploitées.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Je suis entrepreneur depuis plus de 20 ans. En 2001, j’ai notamment crée Sinequa, leader français des moteurs de recherche sémantique pour entreprise. Un beau succès !  En 2006, l’entreprise a levé 4 M€ et a équipé les principaux quotidiens français comme (Le Monde, Le Figaro, ou encore Les Echos ainsi que de nombreux sites d’e-commerce comme RueduCommerce ou CDiscount.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
Celle qui me marque le plus, c’est le fait que tout est toujours plus lent que ce qu’on imagine. Il faut être armé de patience au quotidien surtout quand on dirige une petite structure et j’avoue que j’en manque très souvent.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
J’en vois trois : têtu, à l’écoute et très bosseur.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Assez classiquement, financement haut de bilan avec nos actionnaires et des subventions publiques pour la R&D.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
S’entourer d’une bonne équipe.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
“Continue à améliorer ton offre, les utilisateurs viendront”. C’est ce que m’a souvent dit Jérémie Berrebi (Kima Venture) avant qu’Evercontact  ne connaisse le succès.

Compte Twitter :
https://twitter.com/PhilippeLaval

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/in/lavalphilippe

Blog ou sites :
http://www.evercontact.com

_______________________________________________

Portrait de startuper #8 – Evercontact – Philippe Laval par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :
_______________________________________________

Portrait de startuper #7 – TipStuff – Julie Nguyen – Yoran Brault  par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #6 – Scientibox – Sharon Sofer – Sophie Gaume par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #5 – 1000mercis – Yseulys Costes par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire