#PortraitDeStartuper – Le bon binôme – Arthur de Montmarin @LeBonBinome @ademontmarin #Startup #FrenchTech

#PortraitDeStartuper – Le bon binôme – Arthur de Montmarin

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Le Bon Binôme accompagne les élèves dans leur scolarité pour les faire gagner en autonomie. Comment ? En trouvant le professeur inspirant adapté à leur niveau et à leur personnalité, bref la perle rare. On a tous fait pendant notre scolarité, la rencontre d’un professeur, ou d’un proche qui nous a aidé, permis un déclic. Notre mission est de le trouver pour chaque élève.

Notre accompagnement passe par des cours particuliers mais aussi des stages de méthodologie pour aider les élèves à comprendre le fonctionnement de leur cerveau afin de les rendre le plus autonome possible.

Nous répondons à des besoins variés : besoin d’un coup de pouce dans une matière, besoin d’accélérer pour passer une marche (passage dans la classe supérieure, intégrer un lycée exigeant etc.), avoir le bon dossier pour intégrer les études rêvées.

_______________________
Sponsors du blog

Paris&Co
_______________________

Pourquoi ce choix de produit / service ?
L’éducation est pour moi une passion précoce, j’ai donné mes premiers cours à 15 ans ! J’en ai donné pendant 10 ans ponctuellement, puis de manière plus régulière quand je suis devenu formateur indépendant.

Ensuite est venu la question de lancer une activité dans ce domaine. Celle-ci cochait plusieurs cases :

  • Me sentir utile : on change la scolarité de beaucoup de jeunes grâce à la méthodologie ou à la rencontre du bon professeur qui va apporter le déclic. Trop d’élèves ont des difficultés, ou ne savent pas comment travailler. Les voir reprendre goût au travail, se découvrir une passion pour une matière est un vrai bonheur pour nous.
  • Travailler dans un secteur passionnant : d’un point de vue purement intellectuel c’est assez exaltant : l’éducation est un champ extraordinaire de possibilités. On le voit notamment avec les découvertes des neurosciences ces dernières années. Chaque élève étant particulier, c’est un nouveau défi à chaque fois de comprendre ses motivations… et ses freins pour définir comment l’aider.

Dernière étape : j’ai regardé ce qui existait sur le marché : l’approche n’était pas très sur-mesure et globalement d’une qualité très perfectible. Et surtout, le sujet de la méthodologie, qui est pour moi au cœur de la réussite en autonomie !  Les deux tiers des élèves d’aujourd’hui pratiqueront, une fois diplômés, des métiers qui n’ont même pas encore été inventés, il faut donc leur apprendre à apprendre !

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous avons pour ambition long-terme de répondre à toutes les problématiques liées à la scolarité des familles. C’est un sujet passionnant pour lequel la demande est très forte.

A court terme, nous allons continuer notre développement en Ile de France et consolider la notoriété de la marque. Nous allons également lancer l’accompagnement des élèves en classe ULIS et consolider notre offre pour les étudiants du Supérieur.

A moyen-terme nous comptons déployer le service dans de nouvelles villes en France afin de toucher le plus grand nombre.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Au-delà des caractéristiques que partagent beaucoup d’entrepreneur à mon avis (forte ambition et grande exigence pour moi-même et pour mes équipes), je suis passionné par mon cœur d’activité (l’éducation) et j’ai une grande capacité à me remettre en question.

Quelle est votre formation initiale ?
J’ai à l’origine une formation commerciale : prépa puis école de commerce (ICN à Nancy). Après quelques années en entreprise, j’ai suivi une formation en ingénierie pédagogique au CNAM en cours du soir (c’était un peu sportif : je finissais ma journée de travail à 18h et était en cours jusqu’à 22h !). Mais la formation essentielle a été la pratique : accompagner des dizaines d’élèves au collège et au lycée m’a beaucoup appris.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Comprendre et apprendre de nouvelles choses, quel plaisir ! Et avec l’entrepreneuriat je suis servi. 🙂 C’est donc assez naturel de m’être tourné vers l’éducation : l’apprentissage, les neurosciences sont des sujets passionnants.

Créer également : comprendre un besoin et construire une solution pour y répondre.

Fédérer une équipe autour d’un projet. C’est génial de voir toutes ces énergies aller dans un même sens.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Je suis primo entrepreneur. J’ai goûté à une forme d’entrepreneuriat en développant mon activité de formateur (marketing) en indépendant. Et je pense que j’ai toujours eu ça dans le sang : j’ai pendant des années su que je voudrai créer une entreprise mais sans savoir dans quel domaine.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Je me suis lancé sur un secteur très concurrentiel, avec de nombreux acteurs assez puissants. Il a donc fallu se faire connaître du public et faire comprendre en quoi nous étions différents.

Au-delà de ça, à titre plus personnel, je pense que ma plus grosse difficulté a été d’apprendre à lever le pied. J’ai, comme la majorité des entrepreneurs, une ambition forte pour mon projet et m’y consacre donc à 300%. Il faut savoir équilibrer sa vie, garder une bonne hygiène de vie.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
J’en vois 4 principaux :

  • La passion pour son activité. C’est ce qui fait tenir dans les coups durs, donne la créativité et… peut parfois donner l’impression de ne pas travailler : c’est ce que dit le fameux adage de Confucius : “Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.”
  • La persévérance. Même la résilience, cette capacité à rebondir après une épreuve. Il faut en avoir car, si l’écosystème entrepreneurial français rend facile la création d’une entreprise aujourd’hui, le parcours est jonché de chausse-trapes. La persévérance est nourrie par l’ambition et par la passion pour son métier.
  • Humilité. Il faut sans cesse sur le métier remettre son ouvrage. Souvent on déconstruit un jour ce que l’on avait créé la veille, pour sans cesse s’améliorer.
  • S’entourer. Dès le départ, en confrontant son idée, puis tout au long du parcours écoutez les échos, que ce soit d’experts ou d’amis.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
J’ai privilégié le financement personnel pour la première année jusqu’à prouver la justesse de notre concept. Puis nous avons levé des fonds en love money. C’est important à nos yeux d’être entouré d’un actionnariat bienveillant, très constructif, qui colle à un développement dont le rythme est particulier sur le secteur de l’éducation.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Je dirai : se confronter vite à des clients. Souvent votre entourage aime votre idée et va vous soutenir. Il faut rapidement savoir si au-delà de cette idée, vous pourrez la vendre. Quand on vous dit “super ton idée”, demandez “donc tu me l’achètes ?”.  Si la personne est dans votre cible et que la réponse est négative, vous devez améliorer votre offre.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Écouter le marché, toujours…et très tôt : confronter votre idée auprès de vos proches et d’autres entrepreneurs. Se concentrer sur vos futurs consommateurs : “est-ce que mon produit leur apporte vraiment de la valeur ?” Au début, rien d’autre (marque, nom, prix, etc.) n’a d’importance.

Bien travailler son business plan, même si on la réalité est toujours très différente des prévisions, il reste indispensable.

Entoure-toi. Et fonce ! Il faut se préparer mais … pas trop ! Entreprendre c’est aussi sauter d’une falaise et construire l’avion pendant la chute.

Site internet
https://lebonbinome.fr/

Linkedin
https://www.linkedin.com/in/arthurdemontmarin/

Twitter
https://twitter.com/ademontmarin


_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous : logo-slideshare logo-calaméo logo-scribdlogo-youscribe logo-wobook  _____________________________________________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #18 – Le bon binôme – Arthur de Montmarin par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________


Rappel des précédents #PortraitDeStartuper

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #17 – EuroPass – Guillaume de Roquefeuille par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________


_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #16 – Teamstarter – Ségolène Mouterde par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________


_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #15 – Feeleat – Morgane Soulier par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________


_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #14 – My Beauty Community – Marine Chevalier & David Moothen par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________