#PortraitDeStartuper – Le Bon Côté Des Choses – Thierry Ferrandiz @thierryfdz @lebcc #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – Le Bon Côté Des Choses – Thierry Ferrandiz

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Le Bon Côté des Choses est une jeune entreprise innovante agile qui a migré d’une offre dédiée aux consommateurs vers la mise au point d’un panel de solutions logicielles pour les professionnels de l’industrie du commerce.

La plateforme www.etailigence.pro décline plusieurs briques logicielles expertes de Retail Intelligence Online. Elle lie veille concurrentielle géolocalisée, optimisation de positionnement commercial et analyse de merchandising en ligne au moyen d’algorithmes propriétaires performants accessibles en mode SaaS.

Cette approche séduit distributeurs, marques et panélistes qui identifient chaque jour qui vend quel produit, de quelle manière et à quel prix. Les utilisateurs prennent leurs décisions stratégiques quant à leur assortiment commercial en toute conscience de l’impact sur leurs objectifs de marge, d’indice concurrentiel et de chiffre d’affaires.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
J’aime les solutions simples, efficaces et performantes, avec des expériences utilisateurs bien léchées, instinctives, qui facilitent la conduite de tous les changements. Parce qu’il est essentiel qu’à tous les niveaux d’un processus industriel quel qu’il soit, les outils soient au service du processus, par ce que derrière le processus, ce sont des hommes et leurs craintes légitimes face à toute modification d’une zone de confort.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Bien plus que de devenir le leader mondial de ceci ou de cela, notre ambition première est d’aider nos collaborateurs à s’émanciper intellectuellement et personnellement.

Tout doit concourir à ce que chacun puisse repousser les limites qu’il s’imagine.

Et qu’au final, tout cela transpire de manière naturelle dans nos produits et services, que nos clients soient pleinement satisfaits et que nous puissions chaque jour en vivre un peu mieux, créant ainsi de nouvelles richesses et de nouveaux emplois.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Pas facile à suivre. J’ai mon caractère et il faut parfois être de bonne composition pour me supporter. Mais j’ai l’impression que ceux qui décident de passer au-dessus de ça apprécient finalement d’avoir à composer avec.

Ma seule attente, c’est que chacun ose. Se trompe mais ose. Qu’il essaie, teste, tente, propose. C’est le devoir d’initiative protégé par le droit à l’erreur. Parce que c’est en se relevant chaque fois qu’on est tombé qu’on a appris à marcher.

Quelle est votre formation initiale ?
Un Bac scientifique D, 2 mois de Fac, pas mal de petits boulots puis une formation expresse d’analyste programmeur.

Quelques années plus tard, j’ai stoppé toute activité professionnelle par 2 fois pour retourner sur les bancs de l’école afin de consolider mes apprentissages terrain autour d’un DESS de Gestion puis d’un M2 en logistique industrielle.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
La vie me passionne.

Il me faut mes 3 à 4 séances de sport par semaine, de la course à pied, du vélo pour crapahuter le long de cols savoyards, de la natation.

Je suis un fondu de rock et AC DC est mon groupe cultissime.

Je ne peux pas me passer de faire à manger, cuisiner, ça me détend.

Apprendre de nouvelles choses, tout le temps, c’est un besoin vital. Après ma vie de startuper, j’envisage sérieusement de suivre 2 ou 3 CAP pour apprendre d’autres métiers comme la boucherie, l’ébénisterie et certains corps de bâtiment.

J’adore les timbres, oui, je sais c’est très old school, et aussi les maquettes et les petits soldats. Et St Etienne période seventies 😉

Et puis je suis passionné de politique. Alors refaire le monde avec quelques amis, une bonne bière et un peu de rock, on n’est pas loin de toucher au bonheur absolu…

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Etudiant en goguette, back packer puis jeune présomptueux écervelé, j’ai commencé par me casser les dents sur certaines réalités bassement matérielles : dire, ce n’est pas convaincre, vendre, c’est faire acheter…

Et après quelques casseroles, je suis revenu au salariat. J’ai décidé d’y évoluer entre chaque aventure entrepreneuriale pour apprendre d’autres réalités, me refaire une santé financière lorsque les fortunes ont été diverses…

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Depuis tout petit ! J’organisais les concours de vélos fleuris du sou des écoles de mon village.

Puis 2 premières aventures entrepreneuriales à partir de 21 ans dans l’organisation logistique événementielle.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Il n’y a pas eu d’autres barrières que de devoir surmonter la peur de l’inconnu.

Les difficultés ont surtout été psychologiques : oser franchir le pas !

Toutes les autres contraintes, administratives, financières, etc., ne sont au final qu’accessoires.

D’autant que j’ai la chance de partager ma vie avec une femme exceptionnelle qui n’a eu de cesse de m’encourager à vivre sans remord ni regret.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
Apprendre à croire en soi, à se faire confiance, à se fier à son instinct.

Etre convaincu de pouvoir changer le monde ou d’en accompagner les changements.

Ne pas hésiter à dire non.

Bien s’entourer, et ne pas hésiter à faire un peu de vide autour de soi pour chasser les Cassandre.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Tous ceux qui m’ont été proposés.

Prêts d’incubation. Apports personnels, en numéraire ou non. Love Money. Prêts bancaires. Avances remboursables BPI (feu OSEO). Prêts d’honneur réseau entreprendre. Accre.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Savoir que tout ce que l’on prévoit ne se réalisera jamais de la façon dont on l’avait imaginé.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Si on nous a fait avec 2 oreilles pour une bouche, c’est qu’il faut certainement écouter 2 fois plus qu’on ne parle.

Mais garde en tête que les conseillers ne sont pas les payeurs.

Donc, arrête de t’écouter parler, respire par le nez et fais-toi confiance 😉

Site internet
http://www.leboncotedeschoses.fr

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/thierryferrandiz

Twitter
https://twitter.com/thierryfdz

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #96 – Le Bon Côté Des Choses – Thierry Ferrandiz par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #92 – Supermood – Kevin Bourgeois par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #93 – Metigate – Julien Trombini par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #94 – Kokoroe – Béatrice Gherara par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #95 – Cook Angels – Charlotte Sieradzki & Joy Solal par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire