#PortraitDeStartuper – Siècle Digital – Valentin Blanchot @vblanchot @Siecledigital #Startup #Entreprenariat

#PortraitDeStartuper – Siècle Digital – Valentin Blanchot

Comment décririez-vous votre entreprise ?
Siècle Digital est un média à destination des professionnels du numérique. Il a été créé pour offrir à tous une source d’information accessible sur le digital. Parce que les sujets inhérents au numérique ne doivent pas être compris que par ceux qui les maitrisent.

Aujourd’hui c’est un terrain de jeu formidable sur lequel on échange, on partage, et on arrive à se couche moins bête tous les soirs.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Nous avons pour mission de rendre les sujets qui peuvent paraître à la base complexes beaucoup plus accessibles. Une personne qui souhaite s’informer sur l’IA, ou la robotique doit pouvoir trouver un contenu adapté, sans pour autant manquer d’expertise. C’est ce que l’on garde constamment en tête quand on écrit nos articles.

Après … le choix du média est arrivé d’un besoin de partager des choses. À la création de Siècle Digital on n’avait pas trouvé d’équivalent francophone, sauf peut-être dans Numérama sans le regard marketing. On lisait et on analysait beaucoup, mais il y avait une frustration de ne pas voir de supports partager des points de vue ou bien des actualités importantes. Nous avons créé l’offre adaptée à notre propre demande.

Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous avons encore une très grande marge de progression pour le média. On a pour ambition de devenir une source prioritaire sur l’actualité du numérique, tout en maintenant notre parti pris de rendre accessible le contenu. À côté de beaux supports comme Maddyness, Frenchweb, ou Numérama, on est tout petit. Néanmoins notre ligne éditoriale et notre approche font que l’on progresse mois après mois. De plus, il y a encore beaucoup d’horizontalité à apporter à notre offre avec des événements, plus de vidéo, s’ouvrir à d’autres formats …

À terme, quand Siècle Digital sera sur le podium des médias, on en ouvrira certainement un deuxième, puis un troisième.

__________________________________
Sponsors du blog
Paris&Co      julie desk
__________________________________

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
Débutant ? Si le média a déjà presque 4 ans, la société n’a été fondée qu’en octobre.

Donc j’apprends chaque jour les tenants et les aboutissants de chacune des facettes du rôle qui est le mien. On est à la fois président, commercial, rédacteur en chef, community manager, webmaster … On n’a pas le temps de s’ennuyer.

Et pour ce qui est de moi … Je pense que je reste moi-même. Les responsabilités ont changé, pas la personne.

Quelle est votre formation initiale ?
J’ai commencé par un BTS Banque, puis un BTS Communication à l’école Sup de Com Lyon, où je suis resté pour faire une Licence et un M1 en alternance. J’ai fini mes études par un M2 en alternance spécialisé digital à l’Iscom.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Le digital bien entendu … Après on est d’accord qu’on peut tout y mettre. Alors je fermerais le périmètre sur les technologies, et comment elles vont façonner notre société dans 10 / 20 / 30 ans d’une part, et d’autre part comment elles peuvent servir les marques dans leur communication.

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?
Et bien il vient de commencer ! Je ne sais pas si on peut appeler ça un parcours. Après mes études en septembre 2015 j’ai continué de jouir du statut d’autoentrepreneur pendant un an. Ensuite avec Arnaud nous avons préparé le passage en SAS puis en 4 mois (octobre 2016) la société était créée.

Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Octobre 2016.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ?
Surtout l’aspect technique pour la formation de la société. Quelle forme choisir, comment se lancer, quelles démarches effectuer, etc. Mais nous avons été très bien accompagnés par notre expert-comptable. Sans son aide je pense qu’on ne serait pas allé aussi vite.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ?
La détermination et la passion. C’est peut-être un peu bisounours, mais je ne comprends pas le concept de monter sa boite avec pour objectif de la revendre. Il faut être déterminé car entreprendre c’est vivre avec une succession de hauts et de bas. Tu ne sais pas toujours de quoi demain sera fait, donc il faut se remettre en question, sans pour autant perdre le cap. La passion, c’est le ciment qui solidifie tout ça. Sans passion, avec seulement un regard tactique et technique, il n’y a pas de plaisir et ne reste alors que l’appât du gain.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
Essentiellement familial et personnel. Nous avons aussi fait évaluer le site internet pour l’apporter au capital. On démarre avec zéro dette et un capital intéressant. Ça nous permettra plus tard de faire entrer un partenaire au capital.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Il y en a tellement… Mais le principal, dans mon cas, c’est d’être bien entouré. Obtenir de bons conseils, être mis en relation avec les bonnes personnes, etc. C’est primordial et on se sent vite moins seul.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Je lui conseillerais d’oser ! Comme on lit partout, une boite ça se plante, ce n’est pas grave. Tant qu’on ne met pas en danger sa stabilité, il faut y aller. C’est comme un saut dans le vide, on ne sait pas comment sera la chute … S’il y en a une.

Site internet
http://www.siecledigital.fr/

Linkedin
http://www.linkedin.com/in/valentinblanchot

Twitter
https://twitter.com/vblanchot

___________________________________

Découvrez le livre : Portraits de startupers – édition 2017
___________________________________
portraits de startupers
Vous pouvez vous procurer ce livre sur ces plateformes

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #84 – Siècle Digital – Valentin Blanchot par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Rappel des précédents portraits :

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #80 – Farbikaweb – Azouz Manaï par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #81 – Anona – Frédéric Ollier par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #82 – Demooz – Geoffrey Vidal par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

#PortraitDeStartuper #83 – EOSE – Matthieu Petit par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Laisser un commentaire