#PortraitDeStartuper – Yoobiquity – David Duchange #Startup #Entreprenariat @dduchange @yoobiquity

#PortraitDeStartuper – Yoobiquity – David Duchange

Comment décririez-vous votre entreprise ?
L’ambition de notre startup Ubiquity Tech est pour le moins audacieuse, puisqu’elle vous ne propose rien de moins que d’accéder au don d’ubiquité avec votre mobile.

Nous travaillons d’arraché pied et en mode lean startup sur le service yoobiquity. Ce service permet de trouver quelqu’un dans le monde pour prendre une photo en live, d’un endroit que vous voulez voir. Comment ça fonctionne ? Vous choisissez une destination puis vous posez votre question. Une personne sur place reçoit instantanément votre demande, prend une photo, puis vous la renvoie. Le service donne donc virtuellement accès à n’importe quel endroit dans le monde, pour y voir instantanément ce que l’on veut.

Nous sommes situés au cœur de la technopole de Sophia Antipolis, près de Nice, dans les locaux de l’incubateur Télécom ParisTech.

Pourquoi ce choix de produit / service ?
Cette idée est issue d’un double constat. D’une part, il n’existe aujourd’hui pas de produit pour trouver quelqu’un en temps réel à un endroit donné, et pour pouvoir lui demander : « Quelle ambiance dans ce club de vacances ? », « Est-ce qu’il y a la queue au cinéma ? », « Quel restaurant choisir ? », « Quelle est la qualité de la neige ce matin à la station? », « Quelle ambiance au concert ? », « Est-ce qu’il y a du monde dans l’amphi? » …

D’autre part, nous savons qu’il y a en 2015 près d’un milliard de smartphones dans le monde, tous équipés d’un appareil photo, d’un GPS et dont la plupart a accès à Internet. Quel dommage de ne pas pouvoir mettre à contribution une partie de ces smartphones comme autant de paires d’yeux !

Quelles sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ?
Nous avons pour ambition de donner un nouveau réflexe aux utilisateurs de smartphones en créant ce nouveau réseau social. D’un côté, cette technologie est totalement disruptive, ce qui la rend difficile à appréhender a priori, mais d’un autre côté, les retours de nos utilisateurs sont en extrêmement positifs. Nous apprenons en même temps qu’eux sur les cas d’usages et nous adaptons l’application à leur utilisation. Notre objectif est donc de coller à leur besoin pour faire en sorte que yoobiquity soit un must have dans chaque smartphone.

Comment vous décririez-vous en tant qu’entrepreneur ?
J’ai beaucoup d’idées, beaucoup d’énergie et j’aime toucher à tout. Dans chacun de mes jobs, j’ai toujours aimé comprendre de quoi je parlais, mettre un peu la main à la pâte et ne pas me cantonner à un seul rôle dans une organisation. Selon moi, il est essentiel de comprendre ce que fait l’équipe pour pouvoir la piloter, tout en sachant prendre du recul pour pouvoir aider ceux qui ont la tête dans le guidon au quotidien. Tout cela fait donc de moi un entrepreneur audacieux, inventif et débrouillard.

Quelle est votre formation initiale ?
Je suis ingénieur, diplômé de l’école Télécom ParisTech en 2001. Je suis d’abord passé par la fac (Paris VI) pour y obtenir une maîtrise en informatique, ce qui m’a permis d’acquérir l’autonomie et l’ouverture d’esprit, ainsi que de très bonnes compétences en informatique. Télécom Paristech m’a ensuite apporté les compétences télécoms et l’esprit d’innover et d’entreprendre.

Qu’est-ce qui vous passionne ?
Depuis quinze ans, je m’épanouis dans mon travail lorsque j’ai un projet à mener à bien et qu’on m’en donne les manettes. Comme tous les entrepreneurs du numérique, j’ai la passion des nouvelles technologies mais je suis également extrêmement frustré à chaque fois que je vois sortir un nouveau produit que j’aurais pu inventer moi même. C’est ça qui me passionne aujourd’hui : faire grandir cette communauté autour d’un concept totalement innovant !

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? Depuis quand êtes-vous entrepreneur ?
Je travaillais chez Orange en tant que chef de projet lorsque j’ai eu cette idée de photo à la demande. J’ai rapidement compris que je n’arriverais pas à faire avancer le projet assez rapidement en travaillant les soirs et week-ends, mais quitter son emploi n’est pas une décision facile : il faut accepter de faire une croix sur son poste, ses projets et ses responsabilités, de se retrouver sans ressource et de mettre ses économies dans une simple idée. Cette liste non-exhaustive suffit généralement à anéantir les velléités des prétendants. Pour maximiser ses chances, il faut savoir s’entourer et c’est ce qui m’a conduit vers un incubateur. Mais pour être capable de sauter le pas, il faut avoir une réelle motivation, quelle qu’elle soit. La mienne était une idée folle : donner au monde le don d’ubiquité.

Je me suis lancé officiellement en novembre 2014 mais j’ai toujours été un peu entrepreneur dans l’âme. Je pense que cela se reflétait dans mes anciens postes, du fait que je m’appropriais les projets qu’on me confiant, et que je prenais très à cœur que ces projets se déroulent du mieux possible, dans le budget et le planning fixé.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans cette aventure ?
La difficulté principale pour un entrepreneur, selon moi, est de savoir combiner sprint et marathon et de savoir se forger rapidement des compétences multiples. Le quotidien de la création d’une startup est semé d’embuches et il faut savoir faire la part des choses, rapidement, et travailler fort sur des points particuliers, tout en gardant en ligne de mire les autres sujets à traiter. Le tout dans des domaines qu’on ne maîtrise pas nécessairement : il faut être alternativement comptable, informaticien, recruteur, client, service client, chef de projet, graphiste, ergonome, avocat, juriste, communiquant, marketeur et j’en passe. La principale difficulté est donc selon moi de savoir jongler avec tout cela.

D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entrepreunariat ?
Je vous dirai ça quand j’aurai réussi 🙂 En attendant, je m’efforce de m’entourer des bonnes personnes, de continuer à comprendre ce que je fais et ce qu’elles font, de sortir la tête du guidon pour voir plus loin et regarder ce que nous faisons et ce qui se passe autour, et de garder un équilibre pro/perso qui est essentiel.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?
La société a été créée sur fonds propres avec un capital de 25.000€ en mars dernier, ce qui nous a permis de mener une phase d’expérimentation cet été, de valider l’intérêt de ce produit, et de mieux comprendre les attentes des utilisateurs. Aujourd’hui nous sommes à la recherche d’investisseurs pour accélérer notre croissance.

S’il n’y en avait qu’un, quels serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ?
Pour moi le point essentiel et d’être motivé à 100% en son produit, tout en étant capable de l’observer avec un regard critique de manière à pouvoir l’adapter aux besoins réels des utilisateurs. Avoir une idée est une chose, en faire un produit utilisé en est une autre.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ?
Sachez garder un équilibre pro/perso de manière à souffler de temps en temps. Lancer sa startup peut vous manger la tête à 100%, vous empêcher de dormir et vous couper de vos amis ou pire, de votre famille. Vous perdrez alors toute faculté à prendre du recul et vous diminuerez vos chances de prendre les bonnes décisions. Pour avancer dans la bonne direction, il faut savoir garder sa sérénité.Et n’oubliez surtout pas que le chemin compte tout autant que la finalité. Cette aventure constitue un apprentissage accéléré dans une multitude de domaines, il faut donc savoir en profiter et capitaliser au jour le jour.

Compte Twitter :
https://twitter.com/dduchange

Compte Linkedin :
https://fr.linkedin.com/pub/david-duchange/11/246/16b

Page Facebook :
http://facebook.com/yoobiquity

Blog ou sites :
http://yoobiquity.fr

_______________________________________________

Portrait de startuper #76 – Yoobiquity – David Dussange – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Précédents portraits de la série :
_______________________________________________

Portrait de startuper #75 – Inspeer – Louis de Broglie – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #74 – Hxperience – Claude Favreau – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

_______________________________________________

Portrait de startuper #73 – Une Vie Des Histoires – Laurence Caisey – par Sébastien Bourguignon
_______________________________________________

Website Comments

Laisser un commentaire